Le sens des noms bibliques 2eme partie

 

Le Nom Divin dans les Écritures hébraïques Hébraïques

La forme abrégée du Nom Divin

Qu’implique le fait de connaître le nom de Dieu ?

Le nom du principal envoyé de Dieu

Diverses utilisations du mot " nom "

Réputation et renommée

Les noms inscrits dans " le livre de vie "

  Sommaire       manuscrits écritures hébraïques  

 

 

 

 

 

 

Le Nom Divin dans les Écritures hébraïques. (YHWH)

" Yehwah " (héb. : YHWH; arabe ), le nom personnel de Dieu, se rencontre pour la première fois en Gn 2:4. Le Nom Divin est un verbe : c’est le verbe hébreu   (hawah, " devenir ") conjugué à l'état du verbe appelé : imparfait (action inachevée). Le nom divin signifie donc "Il fait devenir", "Il se révèlera être". Voilà qui nous montre Yehwah comme le Dieu qui, par une action en cours, se fait devenir, Celui qui réalise des promesses, Celui qui accomplit toujours ses desseins.

 

Le Nom Divin se rencontre très fréquemment dans le texte des Écritures, ce qui montre à quel point il est important pour Celui qui le porte, l’Auteur du Livre Sacré. C’est outrager l’Auteur divin des Saintes Écritures que de supprimer ou de cacher son nom propre, son nom particulier. En fait, le Tétragramme apparaît 6 828 fois dans le texte hébreu "Biblia Hebraica" et "Biblia Hebraica Stuttgartensia".

Aujourd’hui, mis à part quelques fragments de la traduction grecque primitive des Septante, fragments où le nom sacré se trouve conservé en lettres hébraïques, seul le texte hébreu maintient, sous sa forme originelle de quatre lettres, ce nom de la plus haute importance, mais dont la prononciation exacte ne s’est pas conservée. Les éditions courantes de la Septante (LXX), de la Peshitta (Sy) et de la Vulgate (Vg) substituent au nom unique de Dieu le simple titre de "Seigneur".

Dans le codex de Leningrad B 19A, qui se trouve en Russie et qui a été pris comme base pour la "Biblia Hebraica Stuttgartensia" (BHS), le Tétragramme est vocalisé en Yehwah, Yehwih, Yèhwih et un certain nombre de fois en Yehowah, par exemple en Gn 3:14. Dans l’édition du texte hébreu de C. Ginsburg, YHWH est vocalisé en Yehowah.



L’usage qui s’était établi parmi les Juifs de substituer des titres au nom divin a été suivi dans des copies postérieures de la Septante, dans la Vulgate et dans bien d’autres versions, anciennes et modernes. Et L. Wogue (Le Pentateuque, Paris 1860, t. I, p. L) écrit ceci : "Quant au saint Tétragramme, on sait que le judaïsme, de temps immémorial et dans toutes ses sectes sans exception, s’est abstenu de le prononcer selon sa forme véritable : les rabbanites ou pharisiens disaient Adônaï, les Samaritains Schimâ".

D’autre part, voici ce qu’on peut lire dans "Introduction à l’Ancien Testament", par G. Archer (Saint-Légier 1978, p. 63) : "Mais les Juifs (...) commencèrent à ressentir des scrupules de prononcer le nom sacré, de peur de violer le troisième commandement. C’est pourquoi l’on se mit à substituer le titre "Adonay" (Seigneur) à Yahweh lors de la lecture à haute voix. Pour signaler cette substitution, les Massorètes placèrent les voyelles de Adonay sous les consonnes de Yahweh, ce qui donna Yehowah . "Et on lit en note : "Pour des raisons phonétiques, la première voyelle "a" de Adonay devient "e" après le y dans Yehowah".

Voici ce que dit La Bible déchiffrée (Paris 1977, p. 157) : "En plus de ces trois termes [El, Elohim, Adon], il y a le nom personnel Yahwé. Mais par respect pour ce nom, on lui a préféré, lors des lectures publiques, l’appellation "Seigneur". (...) On appauvrit ainsi la lecture de la Bible en ne voyant plus derrière le mot d’emprunt le nom propre de Dieu". Citons enfin "Theological Wordbook of the Old Testament", par R. Harris (Chicago 1980, vol. 1, p. 13) : "Des Juifs pieux ont commencé à substituer au nom véritable le mot "_adona(y). Les Massorètes ont laissé les quatre consonnes originelles dans le texte, mais ils ont ajouté les voyelles [d’´_adona(y)]. (...) La Bible hébraïque présente cette particularité plus de six mille fois dans le texte. La plupart des traductions mettent tout le titre en capitales et écrivent "SEIGNEUR".

C’est en 1530 que William Tyndale a traduit les cinq premiers livres de la Bible, livres où il a écrit "Iehovah" (en Gn 15:2 ; Ex 6:3 ; 15:3 ; 17:16 ; 23:17 ; 33:19 ; 34:23) et "Iehoua" (en Dt 3:24). Dans une note de cette édition, Tyndale a écrit ceci : "Iehovah est le nom de Dieu (...). D’autre part, toutes les fois que tu vois SEIGNEUR en grandes lettres (sauf si c’est une faute d’impression), c’est Iehovah en hébreu". De là est venue l’habitude chez les traducteurs d’employer le nom de Jéhovah en quelques endroits seulement, mais d’écrire "SEIGNEUR" ou "DIEU" dans la plupart des endroits où le Tétragramme paraît en hébreu. Cette habitude a été adoptée par les traducteurs de la King James Version en 1611, où le nom de Jéhovah se rencontre quatre fois en Ex 6:3, Ps 83:18, Is 12:2 et Is 26:4.

La Bible de Genoude, parue en 1824, emploie "Jéhovah" pour traduire le Tétragramme sacré (voir Ex 6:3 ; 15:3, 6, 11, 16 ; Dt 33:2, 3, 5, 11 ; Ps 95:1, 2, 4, 7-10, 12 ; etc.). La Bible de Crampon, édition de 1894, dit ceci dans sa préface : "Nous avons conservé Jéhovah, tout en sachant bien que la prononciation très probable de ce mot est Jahvé." (Dans l’édition révisée de 1923, le Tétragramme divin est transcrit Yahweh et non plus Jéhovah). La Bible de Darby met le nom "Jéhovah" dans les textes suivants: Ex 6:2-3; Is 12:2; 26:4 et dans la note de Ps 83:18. Enfin, dans l’introduction de la Bible de Chouraqui (1985), on trouve ceci : "Le tétragramme IHVH est représenté sous deux formes, IHVH/adonaï et IHVH/Elohîm, qui correspondent aux prononciations traditionnelles du nom divin en hébreu."

Puisque des noms propres bibliques très connus de la langue française se prononcent avec la lettre "J " en lieu et place d'un " I " ou "Y" du texte grec ou hébreu (lorsque nous parlons du Messie Jésus, nous ne disons pas Iésous, ni Yéshoua), certains suivent une règle phonétique dès lors qu'ils ne s'adressent ni à un hébraïsant ni à un arabisant. Ils préservent la prononciation traditionnelle du Nom de Dieu sous la forme «Jéhovah» qui est la plus répandue, non seulement en langue française (voir les écrits de Victor Hugo ou de Lamartine par exemple), mais aussi en beaucoup d'autres langues.

Quoique Yéhowah ou Yéhwah soit la transcription qui semble la plus proche de l'hébreu ancien, sur ce site sera utilisé Yahwah () qui est la transcription phonétique qui semble se rapprocher au plus près de la prononciation du Nom de Dieu en langue arabe. A moins que ce soit par nécessité d'information, en aucun cas son nom ne sera substitué. Note complémentaire.

Note: Dans la transcription de YHWH les 4 consonnes se prononcent. Le son de la lettre H est similaire à celui de l'interjection "Hé!" dit avec douceur.

 

La Forme abrégée du Nom Divin

"Yah", forme abrégée du Nom Divin, se rencontre 50 fois dans le texte massorétique. Voici la liste des passages : Ex 15:2 ; 17:16 ; Ps 68:4, 18 ; 77:11 ; 89:8 ; 94:7, 12 ; 102:18 ; 104:35 ; 105:45 ; 106:1, 48 ; 111:1 ; 112:1 ; 113:1, 9 ; 115:17, 18, 18 ; 116:19 ; 117:2 ; 118:5, 5, 14, 17, 18, 19 ; 122:4 ; 130:3 ; 135:1, 3, 4, 21 ; 146:1, 10 ; 147:1, 20 ; 148:1, 14 ; 149:1, 9 ; 150:1, 6, 6 ; Ct 8:6 ; Is 12:2 ; 26:4 ; 38:11, 11.

Haut de page

Qu’implique le fait de connaître le nom de Dieu ?

La création atteste l’existence de Dieu, mais ne révèle pas son nom (Ps 19:1 ; Rm 1:20). Connaître le Nom Divin implique beaucoup plus que savoir quel est ce nom (2Ch 6:33). En fait, cela signifie connaître la Personne qu’est Dieu : ses desseins, ses actions et ses qualités, tout ce que révèle sa Parole (voir 1R 8:41-43; 9:3, 7; Ne 9:10).

Sur terre, Jésus-Christ  "manifesta ce nom" à ses disciples (Jn 17:6, 26). Certes, les disciples connaissaient déjà ce nom et étaient familiarisés avec les actions de Dieu consignées dans les Écritures hébraïques, mais ils parvinrent à une connaissance bien meilleure et bien plus extraordinaire de Yahwah grâce à lui (Jn 1:18).

Cela démontre que les seuls à connaître vraiment le nom de Dieu sont ses serviteurs obéissants ( 1 Jn 4:8 ; 5:2, 3). C’est à ceux-là que s’applique la promesse de Dieu rapportée en Psaume 91:14 : " Je vais le protéger parce qu’il a appris à connaître mon nom". Le nom par lui-même ne renferme pas de pouvoirs magiques, mais Celui qu’il désigne peut offrir une protection à ceux qui lui sont attachés. En somme, le nom représente Dieu lui-même. Voilà pourquoi le livre des Proverbes déclare :

"Le nom de   est une tour forte. Le juste y court et se trouve protégé" (Pr 18:10).

C’est ce que fait quiconque jette son fardeau sur lui (Ps 55:22), aime son nom (Ps 5:11), chante des louanges à ce nom (Ps 7:17), l’invoque (Gn 12:8), lui rend grâces (1Ch 16:35), s’en souvient (Ps 119:55), le craint (Ps 61:5), le recherche (Ps 83:16), lui fait confiance (Ps 33:21), l’exalte (Ps 34:3) et espère en lui (Ps 52:9). Parler en termes injurieux du Nom Divin revient à blasphémer contre Dieu (Lv 24:11, 15, 16).

Le nom du Principal envoyé de Dieu

Parce que Jésus-Christ resta fidèle jusqu’à la mort, Yahwah le récompensa en lui accordant une position supérieure et " le nom qui est au-dessus de tout autre nom " (Ph 2:5-11). Tous ceux qui désirent hériter de la vie doivent reconnaître ce que ce nom représente (Ac 4:12), et notamment la position que Jésus occupe en tant que Juge (Jn 5:22), Roi (Ré 19:16), Grand Prêtre (Hé 6:20), Rédempteur (Mt 20:28) et Agent principal du salut (Hé 2:10).

"Roi des rois" et "Seigneur des seigneurs", Christ Jésus doit aussi prendre la tête des armées célestes pour faire la guerre avec justice. Chargé d’exécuter la vengeance divine, il doit avoir une puissance et des qualités que ses ennemis ne lui connaissent pas du tout. Dès lors, on comprend pourquoi " il a un nom écrit que personne ne connaît, sauf lui" (Ré 19:11-16).

Diverses utilisations du mot "nom"

Un nom particulier pouvait être " invoqué " sur une personne, une ville ou un édifice. Lorsque Jacob adopta les fils de Joseph comme les siens propres, il déclara : " Que mon nom soit invoqué sur eux ainsi que le nom de mes pères, Abraham et Isaac". (Gn 48:16 ; voir aussi Is 4:1 ; 44:5). Le nom de Yahwah était invoqué sur les Israélites, ce qui indiquait qu’ils étaient son peuple (Dt 28:10 ; 2Ch 7:14 ; Is 43:7 ; 63:19 ; Dn 9:19). Yahwah mit aussi son nom sur Jérusalem et sur le temple, montrant qu’il les acceptait comme le centre de son culte (2R 21:4,7). Yoab préféra ne pas parachever la prise de la ville de Rabba afin que son nom ne soit pas invoqué sur elle, autrement dit que le mérite de cette action ne lui soit pas attribué (2S 12:28).

Le nom de celui qui mourait sans avoir engendré de descendant mâle était en quelque sorte " retranché" (Nb 27:4 ; 2S 18:18). La disposition du mariage léviratique prévue par la Loi mosaïque avait donc pour but de perpétuer le nom du défunt (Dt 25:5, 6). En revanche, la destruction d’une nation, d’un peuple ou d’une famille entraînait l’effacement de son nom (Dt 7:24 ; 9:14 ; Jos 7:9 ; 1S 24:21 ; Ps 9:5).

Parler ou agir ‘ au nom de ’ quelqu’un, c’est être son représentant (Ex 5:23; Dt 10:8; 18:5,7, 19-22; 1S 17:45; Est 3:12; 8:8,10). Pareillement, recevoir une personne au nom de quelqu’un, c’est reconnaître ce quelqu’un. Par conséquent, ‘recevoir un prophète en nom de prophète’ signifie le recevoir en tant que tel (Mt 10:41).

Haut de page

Réputation et renommée.

Dans les Écritures, le mot " nom " apporte souvent l’idée de renommée ou de réputation (1Ch 14:17). Amener un mauvais renom sur quelqu’un, c’était porter contre lui une fausse accusation, salir sa réputation (Dt 22:19). L’homme dont le  "nom était rejeté comme mauvais" était privé de sa bonne réputation (Lc 6:22). C’est pour se faire "un nom célèbre" par provocation envers Yahwah, qu’après le déluge les hommes entreprirent de bâtir une tour et une ville (Gn 11:3, 4). En revanche, Yahwah promit à Abram de rendre grand son nom s’il quittait son pays et sa parenté pour aller dans un autre pays (Gn 12:1, 2). Cette promesse se réalisa puisqu’à ce jour peu d’hommes du passé ont un nom aussi grand que celui d’Abraham, surtout pour avoir agi et manifesté une foi si remarquable. D’ailleurs, aujourd’hui encore des millions d’individus se prétendent héritiers de la bénédiction abrahamique en vertu de leur origine. De même, Yahwah rendit grand le nom de David en bénissant ce dernier et en lui accordant des victoires sur les ennemis d’Israël (1S 18:30 ; 2S 7:9).

À sa naissance, un individu n’a pas de réputation et son nom n’est guère plus qu’une étiquette. C’est pourquoi on lit en Ecclésiaste 7:1 : "Un nom vaut mieux qu’une bonne huile, et le jour de la mort que le jour de sa naissance". Ce n’est pas à la naissance, mais dans le cours de sa vie, que le " nom " d’une personne revêt une signification réelle en ce sens qu’il l’identifie soit à quelqu’un qui pratique la justice, soit à quelqu’un qui pratique la méchanceté (Prov 22:1). Jésus étant resté fidèle jusqu’à la mort, son nom est devenu le seul nom " donné parmi les hommes par lequel nous devons être sauvés" ; en outre, Jésus a "hérité d’un nom plus excellent" que celui des anges (Act 4:12 ; Hé 1:3, 4). En revanche, Salomon, à qui on avait souhaité que son nom ait " plus de splendeur " que le nom de David, mourut avec la réputation d’être un renégat à l’égard du vrai culte (1R 1:47 ; 11:6, 9-11). "Le nom des méchants pourrira" ou "deviendra une puanteur détestable" (Prov 10:7). C’est la raison pour laquelle un beau nom "est préférable à d’abondantes richesses" (Prov 22:1).

 

Les noms inscrits dans "le libre de vie"

Yahwah-Dieu inscrit, figurément parlant, des noms dans le livre de vie depuis la "fondation du monde" (Ré 17:8). Puisque, d’après Christ Jésus, Abel vivait à " la fondation du monde ", cette expression doit se rapporter au monde des humains rachetables qui vint à l’existence lorsque des enfants naquirent à Adam et Ève (Lc 11:48-51). Par conséquent, le nom d’Abel fut vraisemblablement le premier à être inscrit sur ce rouleau symbolique.

Toutefois, les noms qui figurent dans le Rouleau de vie ne sont pas ceux de personnes qui ont été prédestinées à recevoir l’approbation de Dieu et la vie. En effet, les Écritures révèlent qu’un nom peut être ‘ effacé ’ du "Livre de vie". Il semble donc que le nom d’une personne n’y est inscrit qu’à partir du moment où elle commence à servir Yahwah et qu’il n’y reste que si elle demeure fidèle (Ré 3:5; 17:8 ; voir aussi Ex 32:32,33; Lc 10:20 ; Ph 4:3).

Haut de page

 

 


 

Note complémentaire

Eu égard la prononciation du Nom du Créateur, certains légifèrent pour déclarer celle-ci mieux que celle-là. D'autres disent que, puisque le Nom de Dieu est plus connu sous « cette forme » dans la littérature propre à la langue d’un pays, alors c'est cette expression qu’il est préférable d'utiliser. On peut humblement reconnaître qu’il s’agit de la solution la plus sage. Ainsi et pour l'avoir constaté avec beaucoup de personnes étrangères, elles n'ont pas l'impression qu'on leur parle d'un Dieu nouveau ou inconnu, puisque le Nom de celui-ci est écrit dans leur propre exemplaire de la Bible ou dans leur littérature (Actes 17 : 23).

Quant à la prononciation exacte, elle importe peu. Car si telle avait été la volonté de Dieu, que la prononciation exacte de son Nom soit préservée, les Saintes Écritures nous l'enseigneraient, or ce n'est pas le cas. Cela se comprend aisément, car peu de personnes pourraient correctement le prononcer, ne serait-ce que le H de YHWH, surtout le dernier H (et encore sans faire allusion à certaines langues pour lesquelles le phonème n'existe pas). Cette gnose de la prononciation exacte du Nom de Dieu a été utilisée chez certains pratiquants de la magie (Gen 4:26) et elle l'est chez d'autres qui veulent créer un mystère là où il n'y en a pas, pour aboutir à la conclusion (résumée): "puisque nous ne savons pas de manière exacte comment il se prononce , ne l'utilisons pas".

Ainsi des millions de personnes ne font plus la différence entre Jésus et Dieu (heb: Yehwah) et attribuent à Jésus des qualités qui ne reviennent qu'à Dieu. L’attachement que nous devons avoir envers la Parole de Dieu, ne doit pas nous faire pencher de ce côté là. D'autre part, discuter de la prononciation exacte du Nom de Dieu ne fait pas partie des "choses les plus importantes" dont Paul fait mention en Philippiens 1:10, ce qui est différent de la connaissance de la personne de Yehwah et du rôle de Jésus dans le dessein de Dieu qui sont réellement de l’« épi-gnôsis » (Col 1 :10).

Retour texte

 

Compléments d'informations pour ceux qui veulent aller plus loin avec une adresse qui vaut un détour http://gertoux.online.fr/

Je vous recommande la lecture du sujet : Le Glorieux Nom Divin - A-t-il sa place dans le Nouveau Testament ? de Didier Fontaine

 

 


Étude et commentaires du Livre Sacré
http://www.le-livre-sacre.net