RETOUR SOMMAIRE GÉNÉRAL |           RETOUR ACCUEIL           |           PAGE PRÉCÉDENTE           |           PAGE SUIVANTE     

Question biblique ? Dans l’évangile selon saint Matthieu, il y est dit qu’à la résurrection, les hommes et les femmes sont comme des anges dans le ciel. Cela ne va-t-il pas à l’encontre de votre thème sur les deux résurrections : une résurrection sur la Terre et une résurrection dans le ciel ?

Pourriez-vous m'éclairer?

Réponse

Dans «Parole vivante» nous lisons par exemple : «En effet, après être ressuscité, les hommes et les femmes ne se marieront plus ; ils vivront comme les anges dans le ciel». Dans la traduction « Osty » nous lisons encore : «A la résurrection en effet, on ne prend ni femme ni mari, mais on est comme des anges dans le ciel».

Avant de tirer une conclusion, il est important de revoir le contexte.

Le surlendemain de l’entrée triomphale, semble-t-il, des sadducéens, qui ne croient ni en la résurrection, ni aux anges viennent voir Jésus. Ils veulent le soumettre à une énigme, dans le but de l’embarrasser et de l’amoindrir. Ils présentent le cas avec beaucoup d’ironie et de mépris, de manière à jeter beaucoup de ridicule sur l’état futur des ressuscités, nous dit Fillion. Pour ce faire, ils s’appuient sur la Loi, qu’ils ne veulent croire qu’à leur façon (puisque la Loi enseigne la résurrection et l’existence des anges).

Ces hérétiques mettent en avant le texte de Deutéronome, chapitre 25, versets 5-6 : «Quand des frères habiteront ensemble, et que l’un d’eux viendra à mourir sans avoir de fils, la femme du mort ne devra pas devenir l'épouse d’un homme étranger. Son beau-frère devra aller vers elle, et il devra la prendre pour femme et s’unir à elle comme beau-frère. Et il devra arriver que le premier-né qu’elle enfantera devra succéder au nom de son frère à lui, qui est mort, afin que son nom ne soit pas effacé d’Israël».

La loi du lévirat qui avait pour but la protection de la femme veuve, de maintenir la branche aînée de la famille, et une trop grande dispersion des biens, s’étendait aux proches parents comme on l’apprend dans le livre de Ruth. Quand les sadducéens dirent : qu’ils ne laissèrent pas de fils, il faut comprendre pas d’enfant.

La réponse de Jésus s’inscrit dans la croyance religieuse de l’époque: que la résurrection, pour un juif, doit se faire sur la Terre et n’on pas en tant qu’âme dans les cieux comme le croient les païens ou quelques juifs d'Alexandrie (Jean 11:24; Isaïe 26:19; Daniel 12:2; Jean 5:29).

Voici pour une partie du contexte.

La réponse de Jésus, n’est pas pour satisfaire la galerie. En ces derniers jours de son ministère, il va fournir des enseignements de qualité pour ses futurs disciples, et il sait bien, lui, que l’enseignement de la résurrection sera une doctrine clé. Il faut avoir à l’esprit qu’il va renverser l’enseignement des sadducéens et renseigner ses futurs disciples au sujet de la résurrection. Il l’a déjà fait avec Marthe, et la résurrection de Lazare, mais il va le faire plus explicitement en ce qui concerne la résurrection des morts, ceux qui ressusciteront sur la Terre.

Par conséquent, lorsque Jésus s’exprime par ces mots : « A la résurrection en effet, on ne prend ni femme ni mari », il faut se souvenir :

  • que pour les auditeurs juifs, la notion de postérité est importante,

  • que la question n’a de sens que s’il n’y a pas de postérité

Voilà l’autre partie du contexte. La réponse de Jésus s’inscrit dans ce contexte, et la richesse de sa déclaration établit la sagesse de Dieu, la résurrection, l’état des morts après la résurrection.

Ainsi à la résurrection, les rapports physiques qui permettent la procréation n’existeront plus, tout comme les anges. Les anges ne se marient pas, il n’y a pas de relations qui permettent la procréation, car ils sont tous frères.

Ainsi, les ressuscités d’un précédent mariage seront frères et sœurs, ce qui n’empêchera pas de vivre ensemble comme les anges, mais en tant que frères et sœurs. ils vivront comme les anges dans le ciel ou ils seront comme des anges dans le ciel, pour reprendre les traductions citées au début.

Pour conclure, la réponse de Jésus confirme qu’il y a bien deux résurrections :

  • La résurrection sur la Terre, puisque la question posée avait trait à cette résurrection là

  • La résurrection dans les cieux, celle qui sera enseignée plus tard par ses disciples, celle dont les Écritures hébraïques ne faisaient qu’un petit clin d’œil (Dan 7 :18).

 

Dominique

 


Étude et commentaires du Livre Sacré
http://www.le-livre-sacre.net