Exode chapitre 20 verset 15

OSTY

LIENART

CRAMPON 1905

Tu ne voleras pas.

Tu ne voleras pas.

Tu ne déroberas point.

Deutéronome chapitre 5 verset 19

OSTY

LIENART

CRAMPON 1905

Et tu ne voleras pas.

Tu ne voleras pas.

Tu ne déroberas point.

COMMENTAIRES 

 

Lorsque la Bible parle du vol, il s’agit dans la plupart des cas de l’action illégale qui consiste à prendre ce qui appartient à autrui. Le voleur devait compenser au double, au quadruple et parfois même jusqu’au quintuple, selon ce que stipulait la Loi. S’il ne le pouvait pas, il était vendu en esclavage et ne retrouvait sa liberté sans doute qu’après avoir donné toute la compensation exigée (Ex 22:1-12). Le voleur déshonoré (Jr 2:26) devait non seulement donner la compensation, mais aussi apporter un sacrifice de culpabilité et demander au prêtre de faire propitiation pour ses péchés (Lv 6:2-7).

Dans certains cas, le vol peut désigner l’action justifiée de prendre ce qu’on est en droit de prendre, l’accent étant mis sur la manière subreptice dont l’acte est accompli. Par exemple, les Israélites « dérobèrent » le corps de Saül de la place publique de Beth-Shân (2S 21:12). De même, la tante du jeune Yehoash sauva la vie de l’enfant en le « dérobant du milieu de ses frères », qui, eux, furent tués par la méchante Athalie (2R 11:1, 2; 2Ch 22:11).

Avec le temps, la nation d’Israël en vint à transgresser ces lois et, en conséquence, YHWH permit que des bandits et des voleurs, tant israélites qu’étrangers, affligent la nation (Dt 28:29, 31; Éz 7:22). Les pratiques frauduleuses devinrent courantes, particulièrement l’oppression des pauvres et des indigents. (Is 1:23; 3:14; Jr 7:9-11; 21:12; 22:3; Éz 22:29; Mi 2:2).

Le commandement avant le commandement

Le premier qui reçu l’ordre de ne pas prendre de ce qui ne lui appartenait pas, était notre ancêtre Adam. Mais il n’a pas été le premier voleur. La première créature à s’être montrée avide, fut une créature spirituelle qui a voulu s’approprier illégitimement un droit à la souveraineté. Par ses actions la première créature spirituelle méchante s’est mise à : « voler le cœur » dans le sens d’abuser l’esprit (voir Gn 31:20, 26; aussi 2 Sam 15:6), dérobant ainsi l’adoration qui devait être normalement rendue à Dieu. Par la suite Ève puis Adam se sont fait les associés du premier coupable, ce qui a amené l’humanité à sa perte.

Le vol spirituel

Dans les langues originales, les termes rendus par "voler" ou "dépouiller" et "bandit" peuvent aussi concerner le fait de refuser à autrui ce qui lui revient légitimement, d’obtenir d’autrui des choses frauduleusement ou de s’approprier pour son usage personnel ce qu’on est dans l’obligation de donner à autrui. Parce qu’ils ne payaient pas les dîmes pour soutenir le vrai culte qui se pratiquait au temple, les Juifs du temps de Malaki « dépouillaient Dieu » (Mal 3:8, 9). Proverbes 28:24 parle d’un homme qui dépouille son père et sa mère; cela signifie sans doute que, d’une manière ou d’une autre, il prive ses parents de ce qui leur revient légitimement. Jésus Christ condamna les changeurs qui avaient fait du temple “ une grotte de bandits ”. Cela laisse entendre que les changeurs demandaient des commissions exorbitantes pour leurs services (Mt 21:12, 13).

Voler la Parole de Dieu

Puisque le voleur est une personne qui prend délibérément et sans permission ce qui appartient à autrui, plus particulièrement, une personne qui pratique la fraude et la tromperie, ou qui soustrait en secret. On peut légitimement considérer que ceux qui ôtent le saint Nom de Dieu de la Bible, sont des voleurs de la Parole de Dieu. Il en ait de même de ceux qui substituent la Vérité des Saintes Écritures pour de faux enseignements. L’apôtre Paul quant à lui s’est exprimé de la manière suivante : « Nous ne sommes pas des colporteurs de la parole de Dieu » par allusion à ceux qui diluaient le vin avec de l’eau pour retirer davantage de bénéfices (2 Cor 2 :17).

Le principe de la loi mosaïque inclus dans la loi chrétienne

Le voleur qui dérobe poussé par la faim n’est peut-être pas aussi répréhensible que celui qui, à l’exemple d’Akân et de Judas Iscariote, vole par avidité ou parce qu’il a le cœur mauvais (Jos 7:11, 20, 21; Pr 6:30; Mt 15:19; Jn 12:4-6); toutefois, ceux qui recherchent l’approbation de Dieu ne peuvent se rendre coupables de vol (Is 61:8; Rm 2:21). Bien qu’ils ne soient pas sous la Loi mosaïque, les chrétiens sont dans l’obligation d’aimer leurs semblables. “ L’amour ne fait pas de mal au prochain ”; par conséquent, le vol n’a pas sa place chez les chrétiens (Rm 13:9, 10; Mt 22:39; Jc 2:8). Le voleur qui désire vivre sous la domination du Royaume de Dieu doit se repentir de sa conduite passée et apprendre à travailler dur pour subvenir à ses besoins (1Co 6:10; Ép 4:28; 1P 4:15). L’ancien voleur qui se repent sincèrement peut être assuré du pardon de Dieu (comparez Mat 18 : 15-17 avec Éz 33:14-16).

Le juste principe chrétien: « Si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus », est inclus dans le huitième commandement, dirigé contre le vol. Nous devons gagner par notre travail de quoi pourvoir à nos besoins et faire face à nos engagements. « Que celui qui dérobait ne dérobe plus; mais plutôt qu'il travaille, en faisant de ses mains ce qui est bien. » (Ex. 20: 15; Il Thes. 3: 10; Eph. 4: 28).

 

 


Étude et commentaires du Livre Sacré   http://www.le-livre-sacre.net