Les premiers rouleaux

 

Depuis des millénaires, beaucoup d’hommes et de femmes se sont lancés dans des tentatives d’explications en ce qui concerne le début de tout ce qui les entoure. De nombreux éclaircissements ont été donnés sur la Genèse de la lumière, la Genèse de la matière et de ses états, la Genèse de la vie, la Genèse des maladies, la Genèse des civilisations, de leurs évolutions, implicitement celle des religions et de leurs transformations. Il était donc indispensable que sur ce site soit menée une étude du premier rouleau du Livre Sacré appelé : la Genèse.

Il n’était pas souhaitable que les uns disent : «C'est du Jules Verne, de la fiction», et les autres : «Nous n'y comprenons rien», et c'est là la raison du style choisi. Ces pages veulent satisfaire l'esprit curieux qui, sans toujours pouvoir comprendre les discours des sciences spécialisées qu'il ignore éventuellement (nul n'est universel), désire avoir des idées générales sur le sujet, les voir expliquées, accessibles par une vulgarisation adéquate.

Cette première partie est concise et claire pour éviter les longueurs qui obscurciraient, en la compliquant, la compréhension de chaque chapitre, compréhension nécessaire pour l'ensemble. Nous croyons que le lecteur attentif saura trouver ici l'esprit qui lui permettra de penser simplement, rationnellement et justement et qui le conduira ainsi aux solutions de ses questions sur un livre si controversé.

 

Pourquoi compliquer?

Le monde et la vie qui l’enrichit sont composés d’éléments simples, à peine plus d’une centaine d’atomes et d’une vingtaine d’acides aminés. Mais ces bases permettent d'infinies combinaisons très variées, c'est là leur complexité. René Jacquier disait un jour « l'esprit mathématique et les mathématiques sont deux choses bien différentes et certainement l'esprit est beaucoup plus difficile à acquérir que les mathématiques, car il ne s'applique non seulement à elles, mais à l'ensemble de la logique ».

Si cela s’applique dans le domaine scientifique, il pourrait en être de même dans le domaine spirituel. C’est ce que fait clairement ressortir le prophète et apôtre Paul, dans une déclaration consignée en 1 Cor 2 :10-15. Car les pauvres êtres humains que nous sommes avons souvent une fâcheuse tendance à obscurcir les choses, ce qui nous fait perdre l'esprit de la révélation Divine, son essence et son âme; c'est à dire son but, sa nature intime, et ce qui est vital ou essentiel.

 

L'exemple du castor

Un biologiste (Rémy Chauvin) a eu un jour l’idée d'utiliser l’amour du castor pour les croûtes de pain afin de l'amener à dévoiler d'autres aspects de son psychisme. Sa première idée consista à suspendre à un arbre une corbeille de pain. Il pensait que puisque le castor aime tellement entasser des branches, il confectionnerait peut-être un tas de bois au-dessous de la corbeille puis l'escaladerait... Mais le lendemain, il éclata de rire : le castor avait tout simplement coupé l'arbre, ce qui ne présente aucune difficulté quand on possède des dents qui agissent comme une véritable tronçonneuse.

Le castor à l’esprit beaucoup plus élémentaire que notre biologiste avait trouvé une solution remarquablement simple. Il en est souvent de même dans le domaine religieux, certains recherchent des voies compliquées, alors que d'autres vont droit au but. Peut-être s’agit-t-il là d’un héritage, que nous avons reçu de la civilisation égyptienne, quand les prêtres antiques exerçaient leur influence sur les pharaons, les rois chaldéens ou le peuple. Ils rendaient tout hermétique et compliqué au commun des mortels.

Parfois, certains pensent encore qu'une explication claire et élémentaire peut être trop simple pour être vrai. A ce sujet, l'histoire nous enseigne que quelques semaines après la résurrection de Jésus-Christ, il y avait une cour où de nombreux nobles siégeaient, une poignée d'hommes y étaient interrogés. Après avoir remarqué la puissance et la simplicité du langage qu'ils employaient mais également la vigueur de leur expression, il a été reconnu qu'il s'agissait de ceux qui avaient été avec Jésus (Act 4:13).

 

L'attitude de Tatien

Les premiers chrétiens, ceux qui ont vécu aux côtés de Jésus, avaient une telle pureté dans leurs paroles que Tatien (2ème siècle) a pu dire :" Je tombai sur certains écrits barbares, plus anciens que les doctrines des Grecs, et bien trop divins pour être entachés de leurs erreurs. Ce qui me persuada dans ces livres, ce fut la simplicité de leur langage, le style sans artifice des écrivains, la sublime explication de la création, les prédictions touchant l'avenir, l'excellence des préceptes... Mon âme étant ainsi instruite par Dieu, je compris que les écrits des Gentils ne conduisent qu'à la condamnation, mais que les Écritures nous conduisent à l'affranchissement de l'esclavage du monde, et nous délivrent des milliers de tyrans, en nous donnant, non pas sans doute ce que nous n'avions jamais reçu, mais ce que nous avions perdu par notre erreur."

Aussi, bien que pour un certain nombre d’exégètes ou de lecteurs de notre époque le récit de la Genèse n’ait qu'une valeur symbolique, il a été choisi de le commenter au plus près du texte original, en se dissociant des idées ou des préjugés "modernes" et en se situant sur un autre plan, celui de la rédemption. Tout en préservant un esprit scientifique, qui a une logique mathématique et a besoin de choses rationnelles, chiffrées ou formulées en relation avec des faits concrets, il a semblé plus souhaitable de faire de  l’exégèse biblique fidèle à l'esprit du texte, afin d'ouvrir la porte vers un nouvel horizon.

 

Combien de documents?

Il est utile de préciser que les cinq premiers rouleaux sont regroupés sous le nom de Thora. Certains biblistes considèrent qu'elle est la juxtaposition de 4 documents qui sont:

  1. le document Yahviste

  2. le document élohiste

  3. le document deutérocanonique

  4. le document sacerdotal

Ce commentaire ne suivra pas cette différentiation pour la simple raison que la Thora est bien un texte composé de quatre entités, mais de la manière suivante : 

  1. le droit religieux (le Sacrifice, la Prêtrise, l'Alliance Mosaïque, la Nouvelle Alliance)

  2. le droit civique (la conduite au sein de la communauté, de la nation, de la congrégation)

  3. la prophétie

  4. la narration (récits d'événements relatifs à la naissance, l'histoire ou la vie d'une nation par exemple iduméenne, juive ou chrétienne).

C'est la non compréhension de ces entités par quelques biblistes, tout particulièrement du canon prophétique et du canon religieux, qui les conduit vers de mauvaises conclusions. Chacune de ces entités sera revue à l'aide de thèmes appropriés. L'exposé qui suit tient compte de ces entités.

page précédente sommaire page suivante

  

 

Étude et commentaires du Livre Sacré    

http://www.le-livre-sacre.net