Genèse chapitre 1 verset 2

Or la terre était informe et déserte et il y avait des ténèbres sur la surface de l'abîme d'eau; et la force agissante de Dieu se mouvait sur la surface des eaux. Genèse 1:2

Peut on imaginer un monde plus triste que celui-là. Une terre sans vie, informe et déserte. Mais à cette époque-là, le globe est l’objet de l’attention du Créateur, car nous lisons: « la force agissante de Dieu se mouvait sur la surface des eaux ».

Le livre de Job, également rédigé sous inspiration par Moïse (pour certains exégètes), nous en révèle un peu plus sur le sujet. Nous lisons au chapitre 38 verset 8-9: « Qui a barricadé la mer avec des portes, elle qui sortait comme lorsqu’elle a jailli de la matrice; quand je mis le nuage pour son vêtement et l'obscurité épaisse pour ses langes? ». Ce passage semble faire allusion à l’eau qui jaillissait des profondeurs à la manière des geysers. Si tel était le cas, à cette époque là, l’action de Dieu était nécessaire afin que l’eau soit maintenue en surface, et vue du ciel, la terre paraissait comme emmaillotée. Son atmosphère devait être lourde et totalement irrespirable (Note). Il est intéressant de constater qu’avant d’aménager la planète, le Souverain de l’univers a pris le soin de la préparer. Ce qui a probablement pris des millions d’années. Il est un Dieu qui prend le temps nécessaire afin d’accomplir son dessein.

 

Les fondements nécessaires

Ainsi, il pose les fondations indispensables avant la Création et c’est la raison pour laquelle nous lisons cette expression poétique en Job, au chapitre 38 versets 4 à 6: « Où étais-tu quand j’ai fondé la terre? Indique le-moi, si vraiment tu connais l’intelligence. Qui en a fixé les mesures, si tu le sais, ou qui a tendu sur elle le cordeau? Dans quoi ses socles mortaisés furent-ils enfoncés, ou qui posa sa pierre angulaire? ». Bien sûr, Job n'était pas présent, mais ces paroles étaient destinées à le remplir d'humilité.

Tout cela nous enseigne que cette oeuvre est le fruit d'une force patiente, intelligente et réfléchie. Non seulement Dieu a merveilleusement organisé l'univers  par des lois qu'il a prévues, qu'il a harmonieusement disposé et rendu beau le cosmos, mais il s'est tout particulièrement préoccupé de la Terre.

 

L'humilité de Dieu

Nous remarquons une caractéristique fondamentale dans Le Livre Sacré qui reflète la personnalité du Divin: c'est l'absence d’orgueil ou d’arrogance, de hauteur ou de vanité. En effet du haut des cieux spirituels, de sa prodigieuse Majesté, le Créateur est disposé à s'abaisser pour s'occuper d'une toute petite planète, ce qui dénote une profonde humilité. Il ne s’agit pas d'une faiblesse, mais d’une haute qualité morale. C'est aussi cette disposition mentale qui permet à quelqu’un de supporter les torts avec patience et sans irritation, sans ressentiment et sans chercher à se venger. C'est une qualité proche de la douceur. Et c'est cette douceur qui va de pair avec sa force, qu'un prophète appelé Élie a un jour connue alors qu'il se trouvait dans une période difficile de sa vie (premier livre des Rois au chapitre 19, versets 1 à 14.)

Les deux premiers versets du premier rouleau mettent en évidence l'excellence morale et les valeurs artistiques. Que nous enseignent les autres?

 

page précédente sommaire page suivante
 
Page 6/30

Note.

Dans la traduction Osty le texte se lit ainsi: " Qui enferma la terre à deux battants, quand elle sortait en jaillissant du sein maternel, quand pour vêtements je lui mis des nuages et pour langes de sombres nuées". Ainsi vue du ciel la Terre était blanche parce qu'elle était recouverte de nuages. Mais sous cette couche nuageuse les nuées étaient sombres parce que l'atmosphère volcanique régnait. Il est difficile de faire aussi précis avec autant de simplicité.

Retour.

 

 


Étude et commentaires du Livre Sacré    

http://www.le-livre-sacre.net