Deuxième jour de la création

genèse 1:7 L'étendue céleste

 

L'étendue terrestre

Et Dieu dit encore : "Qu'il y ait une étendue entre les eaux et qu'il se fasse une séparation entre les eaux et les eaux." Alors Dieu se mit à faire l'étendue et à faire une séparation entre les eaux qui devaient être au-dessous de l'étendue et les eaux qui devaient être au-dessus de l'étendue. Et il en fut ainsi. Et Dieu appelait l'étendue Ciel. Et vint un soir et vint un matin : deuxième jour.

 

Une partie des eaux au dessus de la terre a été repoussée vers le haut, ce qui a produit une couverture nuageuse dense et épaisse dans l'atmosphère, et un immense océan recouvrant la terre. À partir de ce moment, un joyau de saphir d'une splendeur unique est apparue. Beaucoup plus tard, une partie (entre temps l'atmosphère subira des changements) de cet amas d'eau dans la voûte céleste, sera utilisée par Dieu pour déclencher une inondation qui portera le nom de déluge . La présence de cette atmosphère chaude et humide va considérablement influencer le climat. L'archéologie et la géologie démontrent l'existence de ce climat équatorial antédiluvien. (Note).

La présence d'une quantité d'eau si importante a rendu la vie possible sur la terre, car ce liquide est indispensable à la vie. De toutes les planètes, la Terre est unique dans ce domaine. La masse énorme des océans est à la base du cycle de la pluie qui permet la croissance des plantes. De plus, les océans empêchent des variations de température excessives et absorbent les excès de gaz carbonique.

 

Les propriétés de l'eau

L'eau est un liquide unique, presque "miraculeux". Il n'existe pas de meilleur solvant. Pour cette raison, l'eau peut tenir en dissolution les composés chimiques nécessaires à la vie végétale. L'eau pénètre dans le sol et dissout les éléments chimiques nutritifs qui s'y trouvent. Puis, en circulant dans les différentes parties des plantes, elle peut ainsi les alimenter (Isaïe 55:10). L'eau est le constituant principal du sang qui apporte aux cellules de l'organisme animal ou humain la nourriture dont elles ont besoin. En fait, notre corps est composé d'eau à 70 pour cent.

Il est également remarquable de constater que l'eau reste généralement à l'état liquide aux températures pourtant très variées que l'on trouve sur la terre. Si elle s'évaporait plus, la pluie ne pourrait pas rester sur la terre ni pénétrer dans le sol pour dissoudre les minéraux et les acheminer vers les plantes. La végétation se dessécherait trop vite et de grandes superficies se transformeraient en désert. Si le point d'ébullition de l'eau était beaucoup plus bas, notre sang risquerait de se mettre à bouillir quand nous nous exposerions au soleil de l'été. Si l'eau se congelait plus rapidement les chutes de pluies seraient infimes et les plantes mourraient.

Autre qualité remarquable, l'eau se dilate légèrement en gelant, si bien que la glace flotte à la surface des eaux au lieu de s'enfoncer. Ce phénomène empêche les lacs et les autres grandes étendues d'eau de se solidifier complètement, ce qui nuirait à la vie. Cette caractéristique joue un rôle dans la formation de la terre arable, car l'eau infiltrée dans les cavités et les fissures des rochers se dilate en gelant et fait éclater les rochers, les réduisant en une fine terre cultivable, tout cela sans que l'homme ait besoin de s'en occuper.

 

Le transport sans polluer !

D'autre part, connaissons nous un meilleur moyen que le cycle de la pluie pour transporter des milliards de litres d'eau sans bruit, sans pollution, sans rien dévaster, et qui rafraîchit agréablement l'air tout en le purifiant de son excès de poussières? (Psaume 133:3 , Job 5:10). Les cataclysmes d'aujourd'hui sont davantage liés aux conséquences de la déforestation et de la pollution ainsi qu'à une mauvaise gestion de la terre par l'homme.

 

Qu'en pensez-vous?

Pensez à la perspicacité, à la prévoyance même, dont Dieu a dû faire preuve pour s'assurer que la Terre continuerait à entretenir la vie indéfiniment. Indiscutablement l'œuvre du Grand Architecte montre qu’il se souciait vraiment de ses futures créatures terrestres. Pourquoi Dieu se montra-t-il si prévoyant à l'égard de créatures qui n'existaient pas encore? Pourquoi se préoccuper d’un globe aussi minuscule que la Terre ? Les Saintes écritures répondent en disant que Dieu est AMOUR (1 Jean 4 :8). C’est sa qualité prédominante.

 

page précédente sommaire page suivante

Page 8/30

Note. 

Certains lecteurs pourront être étonnés que l'on mêle le déluge, que certains appellent une tradition biblique, avec une partie d'un événement géologique. Précisons tout d'abord que les événements décrits ici, se situent à une époque très lointaine. Plusieurs milliards d'années nous séparent de la création de l'univers, et probablement plusieurs millions d'années de la description de Genèse chapitre 1 verset 2. La description des jours de la Création, qui fait référence à la période finale de l'histoire de la Terre, est beaucoup plus proche de nous. Ainsi la science n'est pas remise ne cause!

Sans entrer dans le détail de la géologie, qu'il faut laisser aux géologues, un sceptique est tout à fait en droit d'avoir des préjugés. Cependant il ne semble pas raisonnable de penser que la notion de déluge soit incompatible avec la géologie. Il existe d'ailleurs beaucoup de preuves d'un déluge sur la surface de la Terre, et il semble peu probable que la géologie infirme cette notion, car outre les preuves fossiles, c'est plutôt elle qui le confirme. Ainsi les deux éléments qui resteraient à résoudre pourraient être: 

Les ordres et modifications géologiques connus et enseignés sont-ils unanimement reconnus par la communauté scientifique? Une lecture attentive de la littérature en dehors de l'hexagone fait la démonstration du contraire.

La datation géologique est elle rigoureusement exacte? Que ce soit à quelques millions d'années près ou à quelques milliers d'années près, il n'en demeure pas moins qu'il n'y a pas unanimité.

Or, il est utile de rappeler au lecteur, que pour admettre un élément comme un fait scientifique, encore faut-il que cela soit établi selon la méthode scientifique, que l’on définit ainsi: "Observez ce qui se produit; sur la base de vos observations, formulez une théorie qui pourrait être exacte; mettez-la à l’épreuve par d’autres observations et par des expériences; voyez si les prédictions découlant de votre théorie se réalisent".

Puisqu'en certaines circonstances, il est impossible de suivre la méthode scientifique, que certaines définitions reposent sur des hypothèses (qu'il est de bon ton de ne pas contredire), est-il vraiment scientifique d’élever une certaine théorie au niveau d’un fait ?

La datation et les trouvailles des éléments fossilisés ouvrent la porte vers une analyse que peu d'évolutionnistes souhaitent franchir, parce qu'elle remet en cause certaines conceptions traditionnelles. D'autre part, la description faite ici des jours de la Genèse tient également compte que la géologie, surtout lorsqu'elle s'appuie sur l'évolutionnisme, n'est pas du tout une science exacte.

Retour

 


Étude et commentaires du Livre Sacré   

http://www.le-livre-sacre.net