Sixième jour de la création 5eme partie

genèse 2:19
 

 

Or Yahwah (heb: Yehwah) Dieu formait du sol toute bête sauvage des champs et toute créature volante des cieux, et il se mit à les amener vers l’homme pour voir comment il appellerait chacune d’elles ; et comme l’homme l’appelait, chaque âme vivante, c’était là son nom. 

L’homme appelait donc de leurs noms tous les animaux domestiques, et les créatures volantes des cieux, et toute bête sauvage des champs ; mais pour l’homme il ne se trouva pas d’aide qui lui corresponde. Genèse 2:19-20

 

Une faune très variée peuplait le jardin. Dieu amena devant Adam " tous les animaux domestiques, et les créatures volantes des cieux, et toute bête sauvage des champs " ; leur donner un nom constitua une de ses premières tâches (Gn 2:19, 20). Le sol de l’Éden était arrosé par les eaux du fleuve " qui sortait d’Éden" (Gn 2:10). Du fait que l’homme était nu, on peut supposer que le climat était très doux et agréable (Gn 2:25). Adam fut ainsi occupé à de multiples tâches pour l’entretien du Jardin de Délices pendant des dizaines d’années.

L’homme appela le cheval sous, le taureau shôr, le mouton sèh, la chèvre `éz, les oiseaux `ôph, le pigeon yônah, le paon toukki, le lion ´aryéh ou ´ari, l’ours dov, le singe qôph, le chien kèlèv, le serpent nahash, et ainsi de suite. Quand il se pencha sur le fleuve qui coulait du jardin d’Éden, il vit des poissons, qu’il appela dagah. Bien qu’il n’eût pas d’arme, l’homme ne craignait pas ces animaux domestiques et sauvages, ni les oiseaux. De leur côté, les bêtes n’avaient pas peur de lui. Elles savaient instinctivement qu’il était d’une espèce supérieure, et l’homme n’éprouvait ni le besoin ni l’envie de leur faire du mal ou de leur ôter la vie.

Le récit ne nous dit pas pendant combien de temps les animaux domestiques et sauvages ainsi que les créatures volantes des cieux furent montrés à l’homme. Tout se déroula sous la direction divine. Adam prit vraisemblablement le temps d’étudier chacun des animaux, en observant ses habitudes et sa morphologie distinctive, puis choisit un nom qui lui convenait particulièrement.  Cela lui prit peut-être beaucoup de temps (Note complémentaire). C’était une activité des plus intéressantes pour Adam de se familiariser ainsi avec les nombreuses espèces de créatures vivantes existant sur la terre, et il lui fallut des capacités intellectuelles et une faculté d’expression remarquable pour distinguer chacune d’elles en lui attribuant un nom approprié.

 

page précédente sommaire page suivante

Page 19/30


Étude et commentaires du Livre Sacré     

http://www.le-livre-sacre.net