Les conséquences du péché

Plus tard, ils entendirent la voix de Yahwah (heb: Yehwah) Dieu se promenant dans le jardin, vers le moment du jour où souffle la brise, et l'homme et sa femme se cachèrent de devant la face de Yahwah Dieu parmi les arbres du jardin. Et Yahwah Dieu appelait l'homme et lui disait : " Où es-tu ? " Finalement il dit : " Ta voix, je l'ai entendue dans le jardin, mais j'ai eu peur parce que j'étais nu ; je me suis donc caché. " Mais il dit : " Qui t'a révélé que tu étais nu ? As-tu mangé de l'arbre dont je t'avais ordonné de ne pas manger ? " Et l'homme dit : " La femme que tu as donnée pour être avec moi, elle m'a donné [du fruit] de l'arbre et ainsi j'ai mangé. " Yahwah Dieu dit alors à la femme : " Qu'est-ce que tu as fait ? " À quoi la femme répondit : " Le serpent - il m'a trompée et ainsi j'ai mangé". Genèse 3:8-13

 

En ayant à l’esprit que le jardin de délices se situe dans une vallée, « Le moment [...] où souffle la brise [héb. : rouah] » évoque apparemment les heures du soir, juste avant le coucher du soleil, moment où souvent commence à souffler une brise fraîche dans une région cernée de montagnes. C’est donc après de nombreuses heures, au moment habituel où Adam dialoguait avec Dieu par le moyen d’un ange, que cette même voix se fait entendre. Quoique Yahwah sache où est Adam, il attend que celui-ci se manifeste.

Notons avec quelle douceur Dieu s’adresse à l’égard d’un pécheur: «Adam, Où es-tu ?». Cela a duré un long moment, car la Parole de Dieu dit : «finalement il (Adam) dit» (cette notion de temps n'est pas retransmise dans certaines traductions, mais le contexte fait ressortir qu'à un certain moment il ne pouvait plus se cacher).

 

Confessera-t-il sa faute ?

Le Créateur Suprême attend qu’Adam fasse un geste afin de lui manifester sa miséricorde. Quelle qualité merveilleuse de Dieu dans ces moments particuliers! Il est loin d’être un Dieu dur et tyrannique tel que décrit par Satan. Mais Yahwah doit désormais s'entretenir avec Adam au sujet de sa désobéissance, sinon il se mentirait à lui même (Romains 14:11-12). En effet, il avait dit que si Adam mangeait du fruit de la désobéissance, il mourrait.

Remarquons que si Adam avait eu un tout petit peu d'amour ou de confiance à l'égard de son Créateur, il se serait présenté au-devant de lui en disant : " j'ai péché ". Par l'intermédiaire du prophète Isaïe, Les Saintes Écritures nous laissent ce témoignage sur la personnalité du Divin : " Venez donc et remettons les choses en ordre entre nous, dit Yahwah. Si vos péchés sont comme l'écarlate, ils deviendront blancs comme la neige; s'ils sont rouges comme de l'étoffe cramoisie, ils deviendront comme de la laine. Si vous témoignez de la bonne volonté et si vous écoutez, vous mangerez le bon du pays. Mais si vous refusez et si vraiment vous êtes rebelles, par l'épée vous serez dévorés ; car la bouche même de Yahwah [l']a dit" (Isaïe 1:18-20 voir également 2 Co 5:20. 2 Co 6:1, 2).

En effet Dieu recherche toujours un moyen de faire le bien, "Car, en ce qui concerne Yahwah, ses yeux parcourent toute la terre, afin de montrer sa force en faveur de ceux dont le cœur est complet à son égard" (2 Chroniques 16:9).

Adam n’a pas appris à connaître son créateur pendant les plus de trente années, selon la chronologie biblique, qu’il a passé seul dans le paradis. Toutes ces merveilles et ces beautés qui l’entouraient, n’étaient-elles pas l’œuvre d’un Créateur plein d’amour et d’affection? Malheureusement pour nous, jusqu'à la fin, Adam prêtera à Dieu de mauvais mobiles. Il est important de prendre garde à ne pas faire peu de cas de nos erreurs ou de nos péchés, car ceux-ci peuvent totalement obscurcir notre jugement. Il est même possible à quelqu'un de s'endurcir dans le mal et qu'il devienne comme Adam, qu'il ne puisse plus se repentir (Hébreux 3:12-13).

 

La faute est rejetée sur le plus faible !

Dans le récit, il semble désormais que la voix de Dieu s’approche de plus en plus d’Adam, de telle manière qu’il ne peut plus se cacher. Remarquez l’ordre des questions, car Dieu attend qu’Adam révèle sa faute. En effet, il ne lui demande pas « pourquoi as-tu mangé du fruit? » mais « qui t’a révélé que tu étais nu?».

Adam n’assume pas sa responsabilité, aussi rejette-t-il la faute sur la plus faible, son épouse qu’il avait pourtant tendrement aimée et il accuse Dieu de lui avoir donné cette femme. Combien il est méchant et cruel ! Quant à la femme, elle ne trouve rien qu’un serpent à accuser, et l'on peut penser avec ce sous-entendu, mais que toi - Dieu - tu as fait (ce sous-entendu n'est pas explicite dans le texte. Ce sont d'autres textes des Écritures qui montrent que le pécheur rejette très souvent la faute sur autrui voire sur Dieu. Prov 19:3; Ezé 18:25). Tous les deux rejettent leur faute sur le Créateur.

Aujourd’hui encore, tout comme nos premiers parents Adam et Ève, beaucoup d’hommes et de femmes disent que les malheurs viennent de Dieu. Ceux qui rendent Dieu responsable des malheurs qui leur arrivent ne sont pas meilleurs que nos premiers parents, car nous savons que Dieu est AMOUR. Quelqu’un qui aime, peut-il faire du mal? Ce qui est advenu à Adam et Ève, n’était-ce pas la conséquence de leur orgueil, de l'avidité, de leur égoïsme et aussi de leur méchanceté? N’ont-ils pas cru les calomnies du diable? N’ont-ils pas rejeté l’autorité de Dieu, soutenant du même coup les accusations du diable ?

 

La prédestination (Mektoub) vient-elle de Dieu ?

Ainsi, n’est il pas surprenant d’entendre beaucoup de gens dire que le malheur vient de Dieu, certains disent «Mektoub» ou "c'est le destin qui est écrit", alors que Dieu est pur et qu’il n’éprouve personne : « parfaite est son action, car toutes ses voies sont justice. Dieu de fidélité, chez qui il n’y a pas d’injustice; il est juste et droit » (Deutéronome 32:4) et « Tu as les yeux trop purs pour voir ce qui est mauvais» (Habaqouq 1:13) et encore « Que personne, lorsqu’il est dans l’épreuve, ne dise : " Je suis en train d’être éprouvé par Dieu. " Car Dieu ne peut être éprouvé par des choses mauvaises et lui-même n’éprouve personne de cette façon » (Jacques 1:13). Ses yeux (ceux de Dieu) étant trop purs pour voir ce qui est mauvais à combien plus forte raison il ne veut pas écrire le mal, afin que celui-ci soit prédestiné à l'homme ou la femme.

Note : la description de Dieu avec des yeux, ses bras, sa main, etc., est appelée description anthropomorphique. C'est un procédé qui consiste à attribuer à Dieu des qualités physiques et humaines dans le but de faciliter la compréhension. Cette description n'est pas indispensable pour un individu d'une civilisation avancée, mais nécessaire pour les auditeurs ou les lecteurs d'un livre connu de beaucoup de peuples de l'antiquité composés de forgerons, bergers, cultivateurs, nomades, etc..

 Ce qu’on appelle les anthropomorphismes ne doivent  jamais être pris au sens littéral, pas plus que lorsque Dieu est appelé par métaphore un "soleil", un "bouclier" ou un "Rocher" (Ps 84:11; Dt 32:4,31). Ces expressions aidaient toutes ces personnes à voir en Dieu un personnage plus réel.

Les Écritures disent également que Dieu a une personnalité propre, qu’il éprouve des sentiments, qu’il peut être satisfait ou mécontent qu’il peut rire ou se mettre en colère, qu’il est plein de miséricorde et de tendres affections. Il s’intéresse de près à chaque humain (Ps. 2:4, 12; Jean 3:16; Héb. 10:38; Jacq. 5:11; I Pierre 5:7). Il est raisonnable de penser que le Créateur possède ces facultés sinon comment aurait-il pu les donner à l'homme?

 

Le Livre Sacré montre qu'il y a une nette différence entre une prophétie qui annonce l'avenir néfaste des méchants et les bienfaits futurs des humains bons (ce qui est conforme à la justice), et le fait d'écrire les malheurs de l'humanité pour qu'ils s'accomplissent (ce qui relève de la méchanceté). En effet, Dieu ne souhaite le malheur de personne. Mais l’ignorance de nombreux peuples est telle que beaucoup d’hommes et de femmes humbles pensent que les catastrophes naturelles viennent de Dieu. Le "Mektoub" (le destin fixé par avance) est avilissant pour Dieu et pour les hommes. 

 

La vérité qui libère

Combien sont vrai ces paroles de Jésus : "Si vous demeurez dans ma parole,(...) vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous libérera" (Jean 8:31-32), ainsi que celles du prophète Isaïe : "Oui, il engloutira dans cette montagne la face de l’enveloppe [étendue] sur tous les peuples [et] qui les enveloppe, ainsi que le tissu qui est tissé sur toutes les nations" (Isaïe 25:7). L’humanité a été tenue dans l’esclavage de la crainte et de la superstition qui a souvent entretenu son malheur. Ne permettons donc pas aux ténèbres spirituelles d’obscurcir le conseil de Dieu (Job 38 :2).

En effet, Satan (qui veut dire opposant) cherche à faire passer Dieu pour responsable des actions que lui même -Satan- commet, ou qui sont du ressort de la responsabilité individuelle (souvent il s'agit des conséquences de la désobéissance ou de l'insouciance, par exemple un chauffard qui dépasse la limite de vitesse autorisée et renverse un enfant, une habitation construite en zone inondable, etc.). 

Prenons donc garde à ne pas avoir de raisonnements pernicieux ou empreints de méchanceté, car la Parole de Dieu déclare: "Ce qui sort de l’homme, voilà ce qui souille l’homme; car c’est de l’intérieur, du cœur des hommes, que sortent les raisonnements mauvais : fornications, vols, meurtres, adultères, convoitises, actes de méchanceté, tromperie, dérèglement, œil envieux, blasphème, orgueil, folie. Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans et souillent l’homme" (Marc 7:20-23).

Par son mensonge, le Diable arriva à ses fins. Ève le crut et désobéit à Dieu, puis elle poussa son mari à violer à son tour la loi divine (Genèse 3:6). Le Diable prétendait que les humains peuvent se gouverner eux-mêmes en se passant de Dieu. Il se vantait aussi d'être capable de détourner de Dieu tous les futurs descendants d'Adam et Ève (Job 1 et 2). Il poussa tellement loin ses accusations, qu'il alla jusqu'à dire que Dieu ne fait même pas confiance à ses anges (Job 15:15).

Certes, Dieu aurait pu détruire Satan sur-le-champ. Mais cela n'aurait pas réglé les questions qu'il avait soulevées, lesquelles auraient pu troubler les anges qui observaient la situation. Comment donc répondre aux accusations du diable?

page précédente sommaire page suivante

page 27/30

 

 

Note:

Il ne fait pas de doute que dès qu’Adam fut créé, une longue période d’apprentissage se ferait. Et Dieu, en tant que bon père céleste allait superviser tout cela. Dès le départ donc, et comme cela est exprimé sur la page s26.htm, Adam allait recevoir un enseignement qui serait retransmis.

A partir du moment où Adam s’est rebellé contre Yah, chaque action de la part de notre Créateur serait un enseignement pour montrer comment réagir face au péché. Ce qui sera plus explicite tout au long des Écritures. YeHoWaH a agit de cette manière d’une part parce qu’il savait que plus tard le péché serait présent et que tous les bergers devraient agir de même. Pour un berger il faut, quelle que soit la faute commise, suivre le modèle de notre Père céleste, qui est définit dès le récit de la Genèse. Dans le livre des Actes des Apôtres, saint Pierre a réagit de manière identique avec Ananias et Saphira, quoiqu’ils aient péché contre l’esprit saint.

En première instance, il ne les a pas condamnés. Il a montré à tous, que quoiqu’il leurs soit donné la possibilité de se repentir, ils n’en firent pas usage. La condamnation qui suivait était donc sans appel, parce que : comme Adam, ils ne peuvent plus se repentir.

Ce commentaire va tout à fait dans le sens du texte d’Isaïe, où il est écrit : « Même si l’on témoigne de la faveur au méchant, il n’apprendra nullement la justice. Au pays de la droiture il agira injustement et ne verra pas la grandeur de Yahvé ( Isaïe 26:10).

 


Étude et commentaires du Livre Sacré    

http://www.le-livre-sacre.net