Le THÈME du LIVRE SACRÉ

La Révélation de la miséricorde divine.

genèse 3:14-15

Alors Yahwah (heb: Yehwah) Dieu dit au serpent : "Parce que tu as fait cette chose, tu es le maudit parmi tous les animaux domestiques et parmi toutes les bêtes sauvages des champs. Sur ton ventre tu iras et c'est de la poussière que tu mangeras tous les jours de ta vie. Je mettrai une inimitié entre toi et la femme, entre ta semence et sa semence. Il te meurtrira à la tête et tu le meurtriras au talon." Genèse 3:14-15

 

Le Livre Sacré explique simplement, mais en profondeur, comment le péché et la rébellion firent leur apparition sur la Terre. Bien que ces deux versets assimilent l’instigateur de la désobéissance d’Adam et Ève à un serpent, il ne fournit pas d’indice permettant d’identifier la force ou l’intelligence qui se cachait derrière la voix provenant du serpent. Adam eut toutefois pleinement le temps de réfléchir aux événements survenus en Éden qui aboutirent à son expulsion de ce parc paradisiaque (Genèse 3:17, 18, 23; 5:5).

La rébellion en Éden amena Dieu à prononcer un jugement prophétique présentant un "saint secret" qui ne serait complètement révélé qu’au bout de plusieurs millénaires. Dieu déclara au serpent: "Je mettrai une inimitié entre toi et la femme, et entre ta postérité et sa postérité. Il te meurtrira à la tête et tu le meurtriras au talon" (Éphésiens 5:32; Genèse 3:15).

Qui  le serpent représente-t-il ?

Pour ce qui est du terme "serpent", s’applique-t-il uniquement à l’animal du même nom? Certainement pas! Le livre intitulé "La Révélation" (grec, Apokalupsis : Apocalypse, signifie "Action de découvrir, Dévoilement") identifie pour nous la créature spirituelle infâme qui parla par l’intermédiaire de ce serpent. Il s’agit du "grand dragon, le serpent originel, celui qui est appelé Diable et Satan, celui qui égare la terre habitée tout entière", et qui "a séduit Ève par sa ruse" (Révélation 12:9; 2 Corinthiens 11:3). Ceci est également confirmé par Jésus-Christ (Nabi Aïssa) qui parle du premier menteur et l'identifie au diable et Satan (Évangile de Jean, chapitre 8, verset 44).

 

Qui  la femme représente-t-elle ?

Le verset 15 du chapitre 3 de la Genèse fait ensuite mention d’une "femme". S’agit-il d’Ève? La déclaration qui lui est attribuée et qui est rapportée en Genèse, chapitre 4, verset 1, laisse entendre qu'Ève a probablement pensé être la femme de cette prophétie. Toutefois, une inimitié de plusieurs milliers d'années devait exister, comme le montrent les commentaires qui suivent. Or une inimitié durable entre Ève et Satan devint impossible à la mort d’Ève.

En outre, le Serpent à qui s’adressa Yahwah était un esprit invisible, il est normal de s’attendre à ce que la femme appartienne, elle aussi, aux sphères spirituelles. C’est ce que confirme Révélation 12:1-2, qui en parle en des termes symboliques, comme d'une congrégation composée de l'ensemble des créatures spirituelles célestes fidèles (les anges fidèles) (Voir aussi Isaïe 54:1, 5, 13).

Que ce soit là la façon correcte de comprendre ce verset est confirmé par d'autres textes du Livre Sacré qui font très souvent référence à une animosité malveillante en provenance de certaines créatures des sphères invisibles (voir par exemple 1 Chr 21:1; 2 Sam 24:1; Dan 10:12-13; Rév 12:17). D'autre part, comme dans ce texte de Genèse et les versets suivants, il s'agit d'une condamnation morale (associée à un symbole), elle ne peut s'adresser qu'à des créatures intelligentes.

Remarque : il est intéressant de constater les similitudes suivantes :

Cette représentation (ou ce témoignage) de la présence de choses célestes, nous la retrouverons plus tard lorsqu'il sera demandé à Moïse de fabriquer une arche, symbole de la présence de Dieu.

 

Qui  sont les postérités ?

Deux postérités en opposition

En Genèse 3:15 apparaissent aussi deux postérités par ces mots : "ta semence" et "sa semence". Nous devrions leur porter un vif intérêt, car elles ont un rapport étroit avec la grande question de la souveraineté légitime sur la terre. Or, cette question nous touche tous, jeunes ou vieux.

En premier lieu, il y a la postérité ou progéniture du "Serpent". De qui s’agit-il? Comme nous avons identifié le "serpent" à qui était adressée la sentence divine, elle inclut à coup sûr les autres créatures spirituelles qui se rallièrent à Satan dans sa rébellion et qui ont finalement été "précipitées avec lui" dans le voisinage de la terre (Révélation 12:9). Comme Satan, ou Béelzébub, est le "chef des démons" (Mat 9:34), au regard des Saintes Écritures il est manifeste que ces créatures forment son organisation invisible (Marc 3:22; Éphésiens 6:12, Dan 10:20, 2 Pi 2:4).

Jésus a également dit à certains chefs religieux juifs de son temps, ceux qui étaient calomniateurs, hypocrites, et menteurs : "Vous venez, vous, de votre père, le Diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père" (Jean 8:44).

Note  :  En critiquant ici l'attitude des chefs religieux qui se sont opposés à Jésus, d'après les termes de l'évangéliste Jean, nous ne critiquons ni la religion juive que pratiquait Jésus (Gal 4:4)  et dans laquelle s'enracine le christianisme, ni les juifs en général. Cela ne concerne que les interlocuteurs de Jésus dans ce texte. Jésus n'a pas condamné tous les chefs religieux de son époque. D'ailleurs les propos sévères que le Messie a tenu envers les pharisiens, le furent particulièrement vers la fin de son ministère, lorsqu'il était évident pour tous, que certains ne montraient aucune repentance et qu'ils avaient un esprit meurtrier. 

En s’opposant à Jésus, un prophète plus grand que Moïse, en le calomniant, ces enseignants méchants à qui Jésus s'adressait se sont eux mêmes réclamés de la progéniture de Satan. Beaucoup d’autres hommes dans l’Histoire se sont pareillement identifiés à cette postérité en se soumettant à la volonté et à l'esprit du "serpent originel" Satan (Eph 2:2).

Particulièrement ceux qui s’opposèrent aux disciples de Jésus en les persécutant. Ainsi  sur le plan collectif, Jésus identifie les hommes méchants (particulièrement les chefs religieux hypocrites et menteurs - voir Rév 18:4), comme composant l’organisation visible de Satan sur la terre (Voir Jean 15:20; 16:33; 17:15). A ce sujet, lors du procès de Jésus devant Pilate, il est intéressant de remarquer les propos très respectueux qu'il a eu envers Pilate qui a été trompé par certains chefs religieux.

Identification de la Postérité de la femme

S'il est aujourd'hui possible de déterminer l'identité des personnages protagonistes de ce verset, c'est parce que le Souverain de l'univers voulait révéler son dessein. "Les choses cachées appartiennent à Yahwah, notre Dieu, mais les choses révélées nous appartiennent" (Deutéronome 29:29). Ce texte souligne bien l'importance que Dieu accorde à la révélation de sa volonté.

La prophétie de Genèse 3:15 mentionne finalement la postérité de la femme. Tandis que Satan édifiait sa postérité, Yahwah faisait en sorte que la congrégation céleste comparée à une femme symbolique, puisse donner naissance à une postérité. Selon le récit biblique, pendant 4 000 ans environ, Yahwah révéla progressivement des données relatives à la venue de cette postérité bénéfique aux hommes obéissants qui le craignaient (Isaïe 46:9, 10).

Abraham, Isaac, Jacob, David et d’autres ont ainsi pu avoir foi en la promesse selon laquelle la postérité annoncée apparaîtrait dans leur lignée (Genèse 22:15-18; 26:4; 28:14). Satan et ses suppôts ont souvent persécuté de tels serviteurs de Yahwah en raison de leur foi inébranlable (Hébreux 11:1, 2, 32-38). Le thème La Révélation de la miséricorde divine, d'une importance capitale, sera traité dans "Abraham l'ami de Dieu, et l'alliance magnifique qui glorifie Dieu".

page précédente sommaire page suivante

 


Étude et commentaires du Livre Sacré    

http://www.le-livre-sacre.net