Les conséquences du mensonge

 
genèse 3:16-19
 
 

À la femme il dit : "J'augmenterai beaucoup la douleur de ta grossesse; c'est dans les souffrances que tu mettras au monde des enfants, et vers ton mari sera ton désir, et lui te dominera". Et à Adam il dit : "Parce que tu as écouté la voix de ta femme et que tu as alors mangé de l'arbre au sujet duquel je t'avais donné cet ordre : 'Tu ne dois pas en manger', maudit est le sol à cause de toi. C'est dans la douleur

que tu en mangeras les produits tous les jours de ta vie. Il fera pousser pour toi épines et chardons, et tu devras manger la végétation des champs. À la sueur de ton visage tu mangeras du pain jusqu'à ce que tu retournes au sol, car c'est de lui que tu as été pris. Car tu es poussière et tu retourneras à la poussière". Genèse 3:16-19.

 

L'oppression de la femme

N’étant plus ni purs ni innocents, Adam et Ève ont réagi en éprouvant de la honte et un sentiment de culpabilité. Adam, qui auparavant avait décrit sa femme en termes chaleureux et poétiques, en parlait maintenant avec froideur comme de ‘la femme que tu m’as donnée’. Cette remarque désobligeante n’était que le commencement de la souffrance conjugale. Les vaines tentatives que ferait Adam pour regagner son autorité ne serviraient qu’à "dominer sa femme". En effet, l’apparition du péché affecterait la situation physique, mentale et spirituelle non seulement d'Adam et Ève, mais également de leurs descendants.

Depuis lors, une vie d’épreuve commence pour la femme : les douleurs de l’enfantement et une grande dépendance affective à l’égard du mari. Le récit biblique décrit ensuite qu’un grand nombre de femmes subiraient la domination souvent brutale de leurs maris, ceux-ci les traitant généralement davantage en domestiques ou en esclaves qu’en "aides qui leur correspondent". Depuis, beaucoup d’hommes égoïstes ont abusé de leur légitime autorité, ce qui, au cours des siècles, a valu aux femmes de grandes souffrances. Dans le monde entier, des femmes ont été et sont toujours humiliées et rabaissées de bien des manières.

Cette déclaration de la Genèse qui fait suite au péché d’Adam et Ève, ne concerne pas ce que l’homme devait faire, mais plutôt ce que Yahwah (heb: Yehwah) prévoyait qu’il ferait, maintenant que l’égoïsme était entré dans la vie de l'homme. Ces mots indiquaient comment les femmes mariées en général seraient traitées, non comment les vrais serviteurs de Dieu se comporteraient.

Le mari qui aime, respecte ou craint Dieu devrait se rappeler Son dessein originel. Yahwah a créé la femme pour qu’elle soit une "aide qui corresponde à l’homme", non pour qu’elle devienne son esclave (Genèse 2:20). Conscients que Dieu avait pouvoir sur eux et qu’ils lui devaient des comptes, les hommes pieux des temps anciens n’ont pas abusé de leur autorité. Loin de traiter leur femme et leurs enfants en esclaves, les patriarches qui craignaient Dieu leur témoignaient amour et affection.

La malédiction du sol

Les descendants d’Adam ressentirent de façon aiguë les effets de la malédiction du sol, lequel se mit à produire des épines et des chardons (Gn 3:17, 18). C’est pourquoi Lamek le père de Noé parla de " la douleur de nos mains provenant du sol que Yahwah a maudit" (Gn 5:29). Après le déluge, Yahwah bénit Noé et ses fils, et leva la malédiction du sol (Gn 13:10).

Il est plus aisé de comprendre la signification de cette malédiction à la lumière du cinquième rouleau où nous lisons : « Et tes cieux qui sont au-dessus de ta tête devront devenir du cuivre, et la terre qui est sous toi [deviendra] du fer. Yahwah donnera de la poudre et de la poussière comme pluie de ton pays» (Deutéronome 28:23-24; voir aussi Jérémie 12:4 et Lévitique 26:20).

Alors que les pieds des Hébreux avaient commencé à fouler le sol de la Terre Promise, au nom du Dieu tout-puissant, Moïse s'adresse au peuple rassemblé (Moïse allait demeurer d'un côté du Jourdain sans être autorisé par Dieu à le traverser), et formule cette malédiction mentionnée dans le Deutéronome.

Cette imprécation prophétique qui avait pour but de dissuader les Israélites de désobéir à Dieu, a été  prononcée dans le désert 2500 ans après les événements d'Eden (voir aussi Deut 4:32). En cas de désobéissance le pays subirait la malédiction et serait en état de désolation et de sécheresse (voir le récit d'Éliya en 1 Rois, chapitre 18). Ainsi ce texte nous aide à comprendre ce que signifie : "maudit est le sol à cause de toi".

Mais pourquoi un tel malheur a-t-il été annoncé en ce début de l'histoire de l'humanité? Le récit des chapitres 4 à 6 de la Genèse nous enseigne que les hommes seraient de cette façon plus occupés à travailler le sol, pour en tirer des ressources, qu’à faire le mal. Ainsi, Dieu enrayait une progression trop rapide de la malice humaine sur la terre (Deutéronome 28:20, Psaume 28:4).

 

  La vraie liberté disparaît

Tu es poussière et tu retourneras à la poussière

 

Adam et Ève retournent à la poussière du sol

Réfléchissons un instant. D’où Adam avait-il était pris ? N’est-ce pas de la poussière du sol, que son Créateur l’avait tiré? Yahwah avait averti Adam que s’il mangeait du fruit de l’arbre défendu il mourrait à coup sûr. Ainsi, après avoir vécu 930 ans, Adam mourut (Genèse 5 :3). Il revint dans l’état de non-existence, état où il était précédemment. Ainsi nous comprenons mieux cette déclaration du Psaume 146, versets 3 et 4 : « Ne placez pas votre confiance dans les nobles, ni dans le fils de l’homme tiré du sol, à qui n’appartient pas le salut. Son esprit sort, il retourne à son sol ; en ce jour-là périssent ses pensées. »

Tout retourne au sol et, comme le dit le psalmiste, c’est de notre vivant qu’il faut louer Dieu : « Je veux louer Yahwah pendant ma vie. Je veux exécuter des mélodies pour mon Dieu tant que je serai» (Psaume 146:2). Car : « ce ne sont pas les morts qui louent Yah, ni aucun de ceux qui descendent au silence» (Psaume 115:17). «En effet les vivants savent qu’ils mourront ; mais les morts, eux, ne savent rien, et ils n’ont plus de salaire, car leur souvenir est bel et bien oublié. Tout ce que ta main trouve à faire, fais-le avec ta force, car il n’y a ni œuvre, ni plan, ni connaissance, ni sagesse dans le shéol, le lieu où tu vas» (Ecclésiaste 9:5,10).

Dès lors nous pouvons noter que deux enseignements vont s’opposer.

Note : les dispositions divines nécessitent un thème complet. Mais voici un résumé succinct : la rançon est La disposition divine. L'accepter, exercer sa foi en celle-ci et vivre en harmonie avec les vérités écrites dans le Livre Sacré, constituent la base du salut (Voir Jn 1:29; 1 Tim 2:3-6; Jn 17:3,17). Les Saintes Écritures parlent des "injustes" et l'on peut penser que cela concerne ceux qui ont vécu antérieurement à la rançon, ou ceux qui, pour des raisons indépendantes de leur volonté, n'ont pas pu ou ne peuvent pas prendre connaissance des dispositions divines (Actes 24:15). 

Comment retrouver la vraie liberté ?

Du fait des conséquences terribles et désastreuses des enseignements du diable, il est plus que jamais important de savoir déceler et reconnaître les enseignements d'origine démoniaque. Devant Ève, Satan a traité de menteur Le Souverain de l'univers. Il a prétendu que les humains deviendraient comme des dieux s’ils désobéissaient à leur Créateur. La déchéance actuelle de l’humanité prouve que c’est Satan qui a menti, et non Yahwah. Les hommes n’ont rien de dieux!


Pourtant, Satan a perpétué ce mensonge originel au travers d’autres mensonges. Il a prétendu que les humains ne mourraient pas. Bien entendu, ce que Yahwah avait dit à Adam était vrai. Adam est bien mort quand il a péché contre Dieu (Genèse 5:5). À leur mort, Adam et ses descendants sont devenus des âmes mortes, inconscientes et inertes (Genèse 2:7; Ecclésiaste 9:5, 10; Ézékiel 18:4). En raison du péché que leur a légué Adam, toutes les âmes humaines meurent (Romains 5:12). Pour plus de détails sur ce sujet et connaître quelle espérance y a-t-il pour les morts?

Il a fait miroiter aux humains une autre façon d’être comme des dieux. S’appuyant sur cette fausse doctrine, qu'ils ne mourraient point, il a lancé l’idée que l’âme humaine est immortelle. Il a rendu populaires des enseignements tels que l’enfer de feu, le purgatoire, les esprits des morts (Plus de détails). Ces mensonges retiennent encore des centaines de millions de captifs (Deutéronome 18:9-13).

Satan a donné envie à Adam et Ève d’agir indépendamment de Dieu et de s’appuyer sur leur propre sagesse. Nous en observons aujourd’hui les résultats à long terme: criminalité, difficultés économiques, guerres, inégalités choquantes. Il n’est pas étonnant de lire dans Les Saintes Écritures: "La sagesse de ce monde est sottise devant Dieu." (1 Corinthiens 3:19).

Paul, apôtre et prophète, s’adressant aux Corinthiens, décrit les effets des enseignements du diable et de ses démons sur leurs victimes: "[Satan] a aveuglé l’esprit des incrédules, de peur que ne les éclaire l’éclatante lumière de la glorieuse bonne nouvelle au sujet du Christ..." (2 Corinthiens 4:4). En Éden, il s’est servi d’un serpent pour égarer un serviteur de Dieu. Aujourd’hui, il se sert des formes de prétendue connaissance dont les effets se voient dans la décadence morale, le mépris généralisé de l’autorité, la malhonnêteté et l’égoïsme.

Rappelons-nous que dès le départ, en Éden, les déclarations de Satan étaient mensongères; celles de Yahwah sont apparues véridiques. Rien n’a changé depuis. Satan s’est toujours révélé menteur, tandis que l’enseignement divin a été infailliblement véridique (Romains 3:4). Dans cette bataille où s’affrontent la vérité et le mensonge, nous pouvons retrouver la VRAIE LIBERTÉ si nous demeurons attachés à la Parole de Dieu (2 Corinthiens 10:4, 5) et si nous sommes déterminés à rejeter tout enseignement du diable et de ses démons.

page précédente sommaire page suivante

 


Étude et commentaires du Livre Sacré    

http://www.le-livre-sacre.net