Le baptême dans la mort de Jésus-Christ

 

Pour déterminer ce qu’est «le baptême dans la mort» de Jésus-Christ, il est nécessaire de se rappeler ce que signifie l’expression baptiser ainsi qu’un événement relatif à son baptême.

Dans la Bible, "baptiser" est synonyme d’"immerger". Le mot baptême (grec baptisma) désigne l’acte d’immersion, qui comprend une submersion et une émersion; il dérive du verbe baptô, qui signifie "tremper" (Jn 13:26 voir également Romains 6:3,4 ainsi que Exode 12:22 et Lévitique 4:6). Ainsi, quand quelqu’un est immergé dans l’eau, il est momentanément "enterré" hors de vue, puis relevé.

Concernant le baptême de Jésus, l’apôtre Paul en fait un résumé en Hébreux 10:5-10 (voir aussi Colossiens 2:14). Jésus est décrit en train de prier Dieu reprenant le Psaume 40 verset 6. Jésus était déjà voué à son Créateur bien aimé; comprenant ce qu’était la volonté de Dieu à son égard il s’avance donc en eau profonde au milieu du Jourdain, puis s’approche de Jean le Baptiseur tout en priant à haute voix. Après le dialogue avec Jean (Mat 3:15), il est pris par celui-ci, est immergé disparaissant totalement sous l’eau puis émergé. Jésus va faire une relation entre son baptême et la volonté de son Dieu et Père.

Le ministère terrestre de Jésus a débuté par son baptême et s’est achevé avec son ascension. Au moment où il fut baptisé dans le Jourdain, Jésus savait qu’il s’engageait dans un sacrifice. Il savait que son "corps préparé" devait être mis à mort, qu’il lui faudrait mourir innocent, offrant un sacrifice humain parfait ayant valeur de rançon pour l’humanité (Mt 20:28).

Durant son ministère Jésus-Christ a continuellement adressé des prières à son Créateur. C’est pourquoi son ministère était comparable à l’encens régulier offert à Yahwah () par les prêtres qui officiaient dans le temple. Par conséquent la prière qui a précédé son baptême est comparable à son ministère (Ephésiens 5:2, Psaume 141:2). Mais Jésus a fait plus que prier, il a accomplit la volonté de Dieu. Jésus comprenait qu’il devait être plongé dans la mort, mais qu’il en serait relevé le troisième jour (Mt 16:21). Il compara donc ce qui allait lui arriver à un baptême dans la mort (Lc 12:50). Il expliqua à ses disciples qu’il était déjà en train d’être baptisé de ce baptême durant son ministère (Mc 10:38, 39).

Toute l’activité de Jésus, depuis son baptême jusqu’à sa mort puis sa résurrection, constituait également le fait de boire la coupe que Dieu avait préparée pour lui, c’est à dire de partager la volonté ou l’action de Yahwah () en faveur de la sanctification de Son Nom () et la rédemption de l’humanité (Mat 6:9; Marc 10:38-40; Rm 6:3-5; Ph 3:10,11).

Note: si Jésus prie dans le jardin de Gethsémané pour que son Père céleste écarte de lui la coupe ce n’est pas par refus de faire sa volonté ou par défaillance, mais parce que cette coupe comprenait le fait que Jésus subirait l’accusation de « blasphémateur » c’est à dire qu'il serait comparable au diable, qui le premier a proféré des paroles injurieuses et irrespectueuses contre Dieu et contre les choses sacrées. Ce qui était pour la première créature de Dieu, toujours fidèle et juste, quelque chose de très lourd à porter. Pouvait-il être dispensé de cette image calomnieuse?

Pour résumer : lorsque Jésus a parlé d'un baptême dans la mort dont il devait être baptisé, c’était l’immersion de Jésus dans sa mort. Son baptême a été précédé de la prière, ce qui y correspond c’est son ministère. Après le baptême il y a l’émersion ce qui se rapporte à sa résurrection.

Retour Page précédente

Étude et commentaires du Livre Sacré   http://www.le-livre-sacre.net