Pourquoi devait-il mourir ?

 

Jésus est une bénédiction pour l’humanité en devenant malédiction à notre place (Galates 3:13-14). Le récit du jardin d'Éden est une description allégorique pour certains intellectuels. Mais, ni les juifs de cette époque, ni Jésus, ni les premiers chrétiens n'ont pensé ainsi (pour plus de détails voir "Le récit de la création" sur ce site). Les événements qui se sont déroulés en ce lieu paradisiaque ont soulevé des questions fondamentales d'ordre moral qui sont:

une créature dotée de son libre arbitre, d'intelligence et de raison

ainsi que celle-ci : comment satisfaire la justice divine et en même temps redonner vie à une humanité repentante sans que Dieu outrepasse ses lois (puisque Adam a vendu l'humanité et que celle-ci a été placée sous l'autorité du péché)?

Un seul homme, identique à Adam (parfait), capable de relever les accusations portées par le diable, pouvait suffire pour donner la réponse, s'il démontrait son obéissance en allant si nécessaire jusqu'à la mort. C'est la raison pour laquelle l'humanité avait besoin d'une aide extérieure et que quelqu'un paie la rançon indispensable à son rachat puisqu'elle était vendue sous le péché. Un psalmiste a écrit: "Ceux (...) qui se glorifient sans cesse de l'abondance de leurs richesses, aucun d'eux ne peut en aucune façon racheter un frère ni donner à Dieu une rançon pour lui; le prix de rachat de leur âme est si précieux qu'il a cessé pour des temps indéfinis" (Psaume 49:6-8). Et cette rançon, Dieu lui-même l'a procurée aux hommes en la personne de Jésus Christ.

En effet, la justice, l'équité, la sainteté et la pureté de Yahwah (heb: Yehwah) sont telles qu'il ne peut fermer les yeux sur aucun péché (Ps 5:4 ; Is 6:3, 5 ; Hab 1:13 ; 1P 1:15). Ainsi, par le moyen de Jésus, non seulement une réponse a été apportée à toutes ces questions, mais Jésus a levé toute la suspicion dont le Créateur, le Dieu Tout Puissant, a été l'objet, et par la même occasion, a participé et participe pleinement à la justification et à la sanctification du Saint Nom de Dieu ().

Jésus inaugura un "chemin nouveau" lorsqu'il commença son ascension. Quoiqu'étant visible pour ses disciples qui le regardaient, rien n'autorise à penser qu'il garda cette forme après que le nuage se fut interposé. L'apôtre Pierre dit que Jésus est mort dans la chair, mais qu'il a été ressuscité "dans l'esprit" (1P 3:18). Paul énonça la règle selon laquelle "la chair et le sang ne peuvent hériter du royaume de Dieu" (1Co 15:50; voir aussi Jn 12:23-24 et 1Co 15:35-45).

Ainsi les écritures révèlent que Jésus-Christ fut le premier à quitter la terre pour monter aux cieux et se présenter devant la personne de Dieu (1Co 15:20; Hé 9:24, Rom 8:34). En montant ainsi au ciel et en y présentant son sacrifice rédempteur, Jésus "inaugura la voie" pour les membres de sa congrégation engendrés de l'esprit (Jn 14:2, 3; Hé 6:19, 20; 10:19, 20). En conséquence, en tant que Grand Prêtre qui a offert un sacrifice à perpétuité, Christ "peut aussi sauver complètement ceux qui s'avancent vers Dieu par son intermédiaire, parce qu'il est toujours vivant pour solliciter pour eux" (Hé 7:23-25; Hé 9:13,14,25,26).

La révélation du "saint secret". Le dessein divin qui devait être révélé en la personne de Jésus-Christ demeura un "saint secret (ou mystère) [...] gardé dans le silence durant des temps de longue durée". (Rm 16:25-27.) Depuis la rébellion en Éden, les hommes de foi attendaient la réalisation de la promesse divine selon laquelle une "semence" meurtrirait la tête de l'Adversaire (le "serpent"), apportant ainsi le soulagement à l'humanité (Gn 3:15). Depuis près de 2 000 ans, ils fondaient leur espoir sur l'alliance que Yahwah avait conclue avec Abraham pour une "semence qui prendrait possession de la porte de ses ennemis ", et par le moyen de laquelle "se béniraient toutes les nations de la terre" (Gn 22:15-18).

 

RETOUR ACCUEIL

 


Note.  Pourquoi l'humanité est-elle vendue sous l'autorité du péché?

L'élément clé est que jusqu'à ce que nous acceptions l'enseignement que Jésus-Christ a dispensé, nous sommes esclave du péché. Si nous exerçons la foi dans les dispositions pleines d'amour de notre Grand Dieu Yahwah, foi qui passe par l'acceptation du sacrifice rédempteur de Jésus, nous sommes libérés de cette esclavage par le moyen de la rançon payée par Dieu. Libéré de l'esclavage du péché mais pas de l'esclavage de la corruption puisque nous tombons malades et mourrons. La libération de la corruption viendra sous peu, lorsque Christ viendra dans la gloire de son royaume. (Car la création a été soumise à la futilité, non de son propre gré, mais à cause de celui qui l’a soumise, en raison de l’espérance que la création elle aussi sera libérée de l’esclavage de la corruption et aura la liberté glorieuse des enfants de Dieu. Car nous savons que jusqu’à maintenant toute la création ne cesse de gémir ensemble et de souffrir ensemble. Rom 8:20-23).

En Israël un esclave était vendu contre un prix. Adam a vendu sa descendance que nous sommes. C'est lui-même qui en a fixé le prix. L'indépendance vis à vis de Dieu.

"Christ, par rachat, nous a libérés de la malédiction de la Loi en devenant malédiction à notre place, parce qu’il est écrit : " Maudit est tout homme pendu à un poteau""(Galates 3:13). "Car nous savons que la Loi est spirituelle ; mais moi je suis charnel, vendu sous le péché" (Romains 7:13-14). "Vois ! Dans la faute j’ai été mis au monde dans les douleurs, et dans le péché ma mère m’a conçu" (Psaume 51:5). "Jésus leur répondit : " Oui, vraiment, je vous le dis : Tout homme qui pratique le péché est un esclave du péché"" (Jean 8:34). "Ne savez-vous pas que si vous continuez à vous présenter à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui-là parce que vous lui obéissez, soit du péché pour la mort, soit de l’obéissance pour la justice ? Mais grâces [soient rendues] à Dieu : vous étiez les esclaves du péché, mais vous avez obéi de cœur à la forme d’enseignement à laquelle vous avez été livrés. Oui, puisque vous avez été libérés du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice" (Romains 6:16-18).

Retour texte

 


Étude et commentaires du Livre Sacré    http://www.le-livre-sacre.net