RETOUR SOMMAIRE GÉNÉRAL |           RETOUR ACCUEIL           |           PAGE PRÉCÉDENTE           |           PAGE SUIVANTE     

 

Selon la loi de Dieu peut-on fêter les anniversaires de naissance? Sandy.

La naissance d’un enfant en bonne santé est un événement très heureux (Jer 20 :15). Il faut avoir été père ou mère pour comprendre ces choses. Il s’agit d’une page de l’histoire qui va se créer, histoire dont on sera l’un des rédacteurs. Il est donc naturel que des parents heureux souhaitent se remémorer l’événement. Si l’enfant grandit en sagesse ce sera une source de joie constante, surtout s’il recherche la faveur divine.

Dans les Saintes Écritures, les anniversaires se rapportent le plus fréquemment à des fêtes religieuses. Au début de l’histoire du peuple hébreu, il y en avait trois. Puis deux furent ajoutées. Elles commémoraient des évènements importants.

Deux anniversaires de naissances sont rapportés. Celui de pharaon et celui d’Hérode (Gen 40 :20, Mat 14 :6, Mc 6 :21). Ces anniversaires ne furent pas joyeux pour deux hommes.

Doit-on célébrer les anniversaires de naissance ? Rien dans la Bible ne s’y oppose, et l’on ne peut pas prétexter les références aux anniversaires du pharaon et d’Hérode pour dire que Le Livre Sacré s’y oppose. Cela relève plus de la superstition que de la doctrine et ce serait une interprétation exagérée. En ce qui concerne l'attitude superstitieuse, elle serait la même que celle de croire au malheur lorsque treize personnes sont réunies autour d'une table. 

Cependant on peut réfléchir à ceci:

  • Les anniversaires sous la Loi (ombre des bonnes choses à venir Heb 8:5) avaient une connotation religieuse. On y louait et célébrait Dieu. Quand est-il aujourd’hui ?

  • La naissance est un événement joyeux pour les parents plutôt que pour le bébé. Pourquoi serait-ce le petit enfant et plus tard l’adulte qui célèbrerait son anniversaire plutôt que ses parents ?

  • Si dans une entreprise où tous les employés se connaissent bien, chacun invite l’autre à célébrer son anniversaire (il faut être impartial), ne va t-on pas passer son temps, à célébrer un anniversaire ? Ne va t-on pas devenir ami des plaisirs plutôt qu’ami de Dieu (2 Tim 3 :4) ? Cette réflexion peut s’appliquer aussi bien dans une congrégation, une école, un lycée, une entreprise.

  • Les fêtes religieuses juives ayant été remplacées par le souvenir de la cène, les croyants qui célèbrent leur anniversaire de naissance auraient-ils oublié la cène?

Voici quatre raisons, me semble-t-il, qui ont interpellé certains parents à ne pas attacher une importance excessive à l'anniversaire de naissance.

Dominique

 


Étude et commentaires du Livre Sacré
http://www.le-livre-sacre.net