RETOUR SOMMAIRE GÉNÉRAL |           RETOUR ACCUEIL           |           PAGE PRÉCÉDENTE           |           PAGE SUIVANTE     

 

Bonjour,

Je suis tombé sur votre site et j'ai vu comment vous essayer de répondre aux contradictions apparentes de la bible. Pour être honnête je suis musulman et j'affirme que la bible est belle et bien falsifiée. Vous dites que dieu a laisse libre cours aux rédacteurs d'écrire leurs vues mais d'être fidèle a l'esprit. Je crois que l'évangile de jean est le seul qui a des détails majeurs que les autres n'ont pas. Pour commencer comment concilier les deux histoires de la conversion de Paul? N'est ce pas une contradiction? Faites le point sur les noms des 12 apôtres dans les 4 évangiles et comparez? Qu'en est il quand il est dit que dieu vit que les hommes étaient mauvais, il s’en attrista et regretta de les avoir créés!! (genèse) c'est très grave!!! Expliquez-moi Ezéchiel 23 et dites-moi les images que cela vous amène à l'esprit?

Bref!!! Vous savez, je crois que la bible n'est pas inspire par dieu, car le verbe de dieu ne s'arrête pas sur des détails, tel jésus monta sur un âne,.....la bible est un livre d'histoire écrit par des hommes qui voulaient relater des faits religieux; Dieu ne les a point investit de cette tache; (Voir Luc qui dit qu’après que beaucoup est entrepris d'écrire le récit de ce qui s'était passé, il a décidé d'écrire sur le témoignage de témoins oculaires... vous voyez sa motivation!!!!! et l'on me dit que son oeuvre est la parole de dieu; je dis non!!!! Le récit d'un homme sur la vie d'un prophète, jésus.

J’ai beaucoup à dire mais j'arrête ici en attendant vos réponses

Tidiane


Cher Tidiane,

Il est vrai qu’il est de tradition dans le monde musulman (au sens de la religion), de dire que la bible est falsifiée. Cette affirmation est en contradiction avec les déclarations du Coran qui affirment qu’il faut croire ce qui a été précédemment écrit. Selon certains commentateurs (arabes), Mohamed faisait plutôt référence aux érudits juifs de son époque, dont quelques-uns ne voulaient pas tout dire. Par ailleurs, votre remarque semble vouloir dire que je souhaitais aborder toutes les contradictions apparentes. Ce qui n’est pas le cas, seulement quelques-unes pour éclairer un lecteur sincère, afin qu’il ne se précipite pas pour dire que la Bible est falsifiée. Parce que je pense qu’un lecteur doit affiner personnellement son intelligence. Agir de la sorte conduit à l’humilité me semble-t-il.

Mais voyons plutôt vos allégations.

Pourquoi n’y a-t-il pas un seul évangile ? 

C’est un principe (voir le sens de principe dans le commentaire sur les 10 Commandements) dans les Écritures que toute affaire doit être considérée devant deux ou trois témoins (Deut 17:6)). Le chiffre quatre signifie que l’affaire est sûre (voire la signification du chiffre quatre). Comme YAHWAH (nom divin en langue arabe, dont ont peu retrouver la trace dans la langue arabe avec YahYah), le Dieu Très-Haut et miséricordieux, ne change pas, ‘il n’y a pas de variation de l’ombre chez lui’, il se fait une obligation de se conformer aux déclarations qu’il a décrétées (Jac 1 :17). Par conséquent, il est normal qu’il y ait quatre évangiles, et dès la rédaction du premier on devait s’attendre à ce qu’il y en ait quatre.

Pourquoi les évangiles ne se ressemblent-ils pas à la lettre ?

1) Pourquoi des témoins devraient-ils dire la même chose à la phrase près ? Pour un juge, c’est le moyen de déterminer s’il y a eu connivence ou pas. Cela répond à une règle fondamentale : «LA LIBERTÉ» des serviteurs de Dieu, libres mais responsables devant Dieu de ce qu’ils vont dire ou écrire (2 Cor 3:17, Jacq 1:25). Cette liberté fait partie des doctrines au même titre que le témoignage ou la repentance. Elle n’est pas connue dans le monde musulman, et pour cause… Elle sera abordée un peu plus tard sur ce site. Qui plus est, c’est guidés par l’esprit saint de Dieu, que des hommes juifs ont rédigé ces évangiles. Et pour savoir ce qu’est l’esprit saint, ou l’action de l’esprit saint, il faut se laisser conduire par l’esprit saint. L’esprit saint de Dieu est une force puissante et paisible. Elle conduit à la paix et permet que des hommes et des femmes imparfaits produisent des œuvres bonnes. A voir les œuvres des différentes religions, le constat biblique est le suivant : beaucoup ne connaissent pas l’action de l’esprit de Dieu et ne le laisse pas agir dans leur vie (Jac 3 :13-18 ; Gal 5:19-25. Voir aussi Manière dont la bible a été inspirée, dans l’exposé sur la prophétie). Le christianisme originel, par exemple, s’est imposé par l’amour, l’islam originel par la force et par le sang. Autant dire qu’un gouffre sépare les débuts de ces deux religions.

2) Deuxième élément à considérer. Paul a vécu à Rome (et y est mort) et a souvent été soutenu par l’évangéliste Luc, Pierre était à Babylone dans une zone peuplée de juifs et soutenu par l’évangéliste Marc, Matthieu en Palestine et en Syrie avant de poursuivre sa route d’évangéliste, ces trois là ont donc rendu témoignage (guidés par l’esprit saint) à des chrétiens d’origines différentes. Si bien qu’il apparaît plus de noms hébreux dans un texte que dans un autre, etc. L’apôtre Jean, quant à lui a vécu près d’un siècle, et vivait alors que se développait l’apostasie (l’abandon de la foi chrétienne originelle). Son évangile va donc apporter des éclaircissements au sujet de certaines discussions entre chrétiens (tout comme le fait ce site), car le docétisme commençait à produire des fruits néfastes. Il y a encore beaucoup de choses à dire sur ce sujet, et nous verrons cela plus tard.

3) Ces récits parallèles font que les évangiles sont dits synoptiques, c’est à dire qu’ils abordent le sujet sous un ordre différent, ou relatent un événement qui a plus touché un évangéliste qu’un autre. Trois ans et demi de ministère du Christ couvrirait les pages de nombreux livres. Il a donc fallu choisir les matériaux (Jn 21:25). Certains événements ont été relatés aux évangélistes qui les ont eux-mêmes consignés après les avoir soigneusement vérifiés, comme le souligne si bien Luc au chapitre 1, verset 3 : ayant repris toutes choses avec exactitude depuis le début, de te les écrire dans un ordre logique, très excellent Théophile (Théophile : ami de Dieu, peu désigné un personnage, mais il peut s’agir aussi du chrétien authentique, qui, par son endurance, se fait l’ami de Dieu).

On pourrait encore allonger la liste, et c’est ce qui sera fait un peu plus tard. Mais il y a de nombreux autres commentaires sur le site ça et là que vous pouvez lire. Mais quand vous dites : « pourquoi garder d'autres évangiles selon, selon....,c'est à dire que si nous voulons l'esprit des textes alors gardons un qui regroupe toutes les idées des autres et laissons les détails ». N’est-ce pas ce qui s’est passé pour le Coran? Tatien a bien voulu composer un Diatessaron, mais il semble qu’il ne plut pas Dieu de préserver une telle oeuvre.

Abordons une contradiction apparente

Achazia avait vingt-deux ans lorsqu'il devint roi, et il régna un an à Jérusalem. 2 Rois 8:26
Achazia avait quarante-deux ans lorsqu'il devint roi, et il régna un an à Jérusalem. 2 Chroniques 22:2.

 

Il ne s’agit pas d’une contradiction biblique, mais d’un problème de conservation du texte. Le texte massorétique écrit 42, d’autres 22. Comme les chiffres s’écrivent avec les lettres, il y a eu un problème de lecture dans le temps. C’est la même chose pour tous les manuscrits anciens, y compris pour le coran (voir le site www.bible.ca/islam/library/perfect-koran/). Notons cependant que le fait d’avoir 22 ou 42 ans, ne va pas changer la doctrine ni la foi.

Un autre texte difficile pour Tidiane

Pour commencer comment concilier les deux histoires de la conversion de Paul? N'est ce pas une contradiction?

Actes des apôtres 9:7 Lors de la vision du seigneur, les compagnons de Paul l'entendent mais ne le voient pas. En complète contradiction avec Actes 22:9 où ils le voient mais ne l'entendent pas. J'ai lu et relu ces deux passages, il parle du même fait et au même endroit, bref deux versions d'un même récit, a moins que je ne me trompe alors comment l'expliquer?

 

Réponse :

En Actes 9 :7 nous lisons : Ses compagnons de voyage s'étaient arrêtés, muets de stupeur : ils entendaient la voix, mais ne voyaient personne. Et Actes 22 :9 :Mes compagnons avaient bien vu la lumière mais ils n'avaient pas entendu la voix qui me parlait. (TOB).

Remarquez que dans un cas ils ne voient personne alors que dans l’autre ils voient une lumière. Ici, il s’agit de voir ou d’entendre distinctement. Comparez ce texte avec celui de jean chapitre 12, versets 29-30 : «Père, glorifie ton nom ». Alors, une voix vint du ciel: «Je l'ai glorifié et je le glorifierai encore». La foule qui se trouvait là et qui avait entendu disait que c'était le tonnerre ; d'autres disaient qu'un ange lui avait parlé. Jésus reprit la parole : «Ce n'est pas pour moi que cette voix a retenti, mais bien pour vous». Là aussi, il a bien eu quelque chose d’audible pour certains et pas pour d’autres (il semble que cela fut clair pour ceux qui reconnaissaient Jésus, et indistinct pour les autres).

Concernant Paul, étant donné que entendre signifie percevoir avec l'ouie ou percevoir avec l'intelligence, cette voix fut distincte pour lui car le message le concernait, indistinct pour les autres qui entendirent bien quelque chose, mais c’était incompréhensible. Que ce soit là la bonne intelligence du texte, il suffit de considérer le contexte. Dans un cas (Act 9:7), Luc exprime ce que les compagnons de Paul ont perçu, dans l'autre (22:9), Luc écrit le témoignage de Paul et par conséquent ce que lui, Paul, a perçu. Il n'y a donc pas de contradiction mais deux témoignages, et en plus, ils sont complémentaires. 

 

Un autre texte difficile pour Tidiane

Faites le point sur les noms des 12 apôtres dans les 4 évangiles et comparez? J'ai mis en gras et j'ai souligne les deux noms qui ne collent pas à mon sens; si je fais une reconstitution historique pour un film sur Jésus quel sont les noms des douze? Mt 10:2 "Voici les noms des douze apôtres. Le premier, Simon appelé Pierre, et André, son frère; Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère; Philippe, et Barthélemy; Thomas, et Matthieu, le publicain; Jacques, fils d'Alphée, et Thaddée; Simon le Cananite, et Judas l'Iscariote, celui qui livra Jésus".

Luc 6:13 "Quand le jour parut, il appela ses disciples, et il en choisit douze, auxquels il donna le nom d'apôtres: Simon, qu'il nomma Pierre; André, son frère; Jacques; Jean; Philippe; Barthélemy; Matthieu; Thomas; Jacques, fils d'Alphée; Simon, appelé le zélote; Jude, fils de Jacques; et Judas Iscariote, qui devint traître."

Réponse

Il était courant d’avoir plusieurs prénoms comme dans le cas de Simon aussi appelé Pierre et Céphas. Une vingtaine d’années sépare la rédaction des 2 évangiles. A une certaine époque, ses proches de Palestine le connaissait davantage par Thaddée, qui est un surnom affectueux, et fut plus tard connu par Jude fils de Jacques. 

Pour quelques uns, il serait utile de voir écrit "Thaddée qui fut plus tard appelé Jude, fils de Jacques" . Remarquons toutefois que l'évangile de Matthieu fut écrite très tôt, vers les années 40. A cette époque, Jude, le demi frère de Jésus n'était pas un disciple influent (peut-être pas un disciple même). L'évangile de Luc fut écrite vers les années 60, alors que Jude demi frère de Jésus était devenu un disciple connu. Thaddée était un surnom affectueux (mon coeur) mais son vrai nom était Jude fils de Jacques (comme cela s'exprime dans la tradition orientale). De nombreux biblistes pensent que puisque Jude fils de Joseph et demi-frère de Jésus et Thaddée étaient très connus, les rédacteurs chrétiens les distinguèrent. Raison pour laquelle on trouve : Jude, fils de Jacques.

S'il est permis de parler avec autant d'assurance et de confiance envers les évangiles, c'est que ceux-ci sont bien authentifiés. Ce sujet sera abordé ultérieurement. 

Encore un texte difficile pour Tidiane

Qu'en est il quand il est dit que dieu vit que les hommes étaient mauvais, il s’en attrista et regretta de les avoir créé!!(Genèse) c'est très grave!! 

Réponse

Dans de nombreuses traductions françaises, on trouve l'expression « Dieu regretta ». Il ne faut pas en conclure que Dieu avait l’impression d’avoir commis une erreur en créant l’homme. C’est impossible, puisqu’il avait dit que toute son œuvre créatrice était ‘très bonne’, qu’elle remplissait ses exigences parfaites (Gen. 1:31). 
L’étude de la bible doit aussi se faire en considérant le sens des mots. Ce mot regretta a le même sens que «s’affliger» «être peiné» . Dans ce passage, le verbe hébreu traduit par «avoir des regrets» dénote un changement d’attitude, de sentiment ou d’intention.
YaHWaH étant parfait, il ne commit pas d’erreur lorsqu’il créa l’homme. Cependant, il changea bel et bien d’attitude mentale à l’égard de la génération méchante. Désormais, Dieu allait agir non plus en tant que bienfaiteur mais en tant que destructeur. IL était peiné de voir son œuvre tournée en dérision, et que la malice était si grande. Au Psaume 78:40-41, on voit que Dieu peut être affliger “Ils affligèrent le Saint d’Israël. En Isaïe: “ils se rebellèrent et contristèrent l’Esprit de sa sainteté” (Is 63:10 Darby).

Un dictionnaire (Le petit Robert) donne pour première définition du verbe regretter: «Eprouver le désir douloureux d'un bien que l'on a plus». Dieu ayant une vision claire de ce qu'il allait faire, le texte parle donc bien de quelque chose qui n'existera plus. 

Que Dieu exprime des sentiments, cela ne fait aucun doute puisqu'il les a implantés dans sa création que nous sommes, s'IL les a implantés c'est qu'il les possède (car on ne peut pas donner ce que l’on ne possède pas). Dieu le souverain éprouva donc de la peine au sujet de sa création.

Dans ce texte, on voit un Dieu bon et compatissant, qui doit agir afin de préserver la justice. La peine de Dieu est très grande, car il va devoir changer d’attitude envers les humains, et cela signifie effacer les humains de la Terre “Mon esprit n’agira pas indéfiniment” dit le texte de Genèse 6, verset 3. Ce Dieu d’amour si grand et si puissant "ne prends pas plaisir à la mort des méchants" (Ézékiel 33:11; voir aussi Deutéronome 32:4,5). IL s'en afflige. IL est vraiment différent du dieu de Mohamed, n’est-ce pas? (voir aussi Eph 4:30). 

 

Ecoutons Tidiane

Expliquez-moi Ezéchiel 23 et dites-moi les images que cela vous amène à l'esprit? Ce chapitre est fort étonnant!! Personnellement je ne crois pas que se soit Dieu qui inspire de telles scènes érotiques ! Donnez-moi un essai d'explication car je crois que ce texte est une image de la perversité de Jérusalem mais la façon dont cela est dit est gênante surtout devant des femmes et des jeunes filles. Leur jaillissement était comme celui d'un cheval,....ils lui pressèrent les seins...

Réponse

Il s’agit là d’une image de la perversion de Samarie et de Jérusalem. Que cela soit gênant pour vous c’est peut être le cas. Mais pour des personnes qui connaissent l’agriculture et vivent de l’élevage c’est quelque chose de normal. Les éleveurs parlent bien de bonne et de mauvaise saillie. L’apôtre Paul quant à lui dit : «Tout est pur pour les purs. Mais pour les gens souillés et sans foi, rien n’est pur; au contraire, leur esprit et leur conscience sont souillés» (Tite 1 :15). Donc, tout dépend de l’esprit avec lequel nous abordons le texte. Ici, notre Créateur aborde les choses avec franchise, sans cacher ce que les hommes souhaitaient dissimuler. C’est une preuve de franchise.

 

Poursuivons

Quand vous dites que le verbe de Dieu ne s'arrête pas sur des détails, tel Jésus monta sur un âne, c’est ignorer l’importance de la prophétie et du rôle des prophètes dans l’histoire d’Israël. Car les prophètes d’Israël ont transformé l’histoire. Et si Jérusalem a connu une fin si tragique en 70, c’est bien à cause du faux messianisme (vous pouvez lire le récit de Flavius Josephe, par exemple). A l’époque de Jésus, les chefs religieux avaient une compilation de versets bibliques, qui leurs semblaient prophétiques. Par conséquent, le fait que Jésus monte plus précisément sur un ânon, c’est-à-dire un jeune âne qui n’a pas encore été utilisé pour monture, aurait dû attirer leur attention sur la réalisation d’une prophétie.

Au sujet de Luc qui a entrepris d'écrire le récit de ce qui s'était passé et qui décide d'écrire sur le témoignage de témoins oculaires... Eh bien, sachez que cela correspond au fait que quelques juifs qui avaient connu le christianisme, se vantaient de choses qu’ils avaient vues ou entendues. Afin que les témoignages ne soient pas basés sur des fables (1 Tim 1 :4 ; 4 :7 ; Tite 1 :14) mais sur des faits réels, l’esprit saint a incité Luc à rédiger son évangile. Par la suite, celle-ci fut reconnue comme authentique de la part de tous les chrétiens nés de nouveau (voyez le thème sur la canonicité).

Puisque notre cher Tidiane nous interpelle au sujet des contradictions apparentes, on peut profiter de l’occasion pour en citer deux autres.

1) La prière modèle, c’est à dire le Notre Père, récit rapporté dans l’évangile de Luc et dans l’évangile de Matthieu. Voici ce que nous lisons selon la traduction segond :

  • Notre Père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien; pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés; ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin.

  • Quand vous priez, dites: Père! Que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne. Donne-nous chaque jour notre pain quotidien;pardonne-nous nos péchés, car nous aussi nous pardonnons à quiconque nous offense; et ne nous induis pas en tentation.

Comme vous pouvez le constater ces récits ne sont pas identiques. La raison en est simple, si vous suivez la chronologie de chacun des récits, cela ne se passe pas au même moment ni au même endroit. Nous avons donc deux récits. Ce qui signifie que Jésus a répété son enseignement (ce qui est courrant chez les enseignants).

 

2) Deuxième exemple de contradiction apparente

  • Luc 15:4 " Quel homme d’entre vous avec cent brebis, en perdant l’une d’elles, ne laissera pas les quatre-vingt-dix-neuf dans le désert pour aller après celle qui est perdue jusqu’à ce qu’il la trouve?

  • Matthieu 18:12 " Qu’en pensez-vous ? Si un certain homme a cent brebis et que l’une d’elles s’égare, ne laissera-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf sur les montagnes pour partir à la recherche de l’égarée ?

Juste une petite question : Pourquoi les quatre-vingt dix-neuf autres brebis sont abandonnées selon qu'il s'agit de Luc dans le désert ou de Matthieu sur les montagnes ?

Là encore, si vous relisez le contexte vous noterez qu’il est différent. Dans un cas Jésus s’adresse à ses disciples (devenez comme des petits enfants, si ton frère commet un péché), dans l’autre devant une foule plutôt hostile (les scribes et les pharisiens murmuraient) que Jésus essaie d’attendrir pour expliquer pourquoi il faisait preuve de compassion à l’égard des pécheurs.

 

Pour conclure

Selon que l’on lit précipitamment le texte et avec un esprit de contradiction, il est facile d’en trouver. Cependant, La plupart des contradictions, sinon toutes, ne sont qu’apparentes. Une meilleure lecture de la Bible et surtout une approche objective et sans à priori permet d’en résoudre un grand nombre.

Ce qu’il y a de très particulier en ce qui concerne la compilation du canon des Saintes Écritures, c’est que cela ne s’est pas du tout fait selon le mode de compilation du Coran qui s’est déroulé au beau milieu de conflits et d’assassinats comme celui de Othman par exemple. La compilation des Écritures grecques chrétiennes s'est faite dans la concertation et la prière. Les plus forts cas d'opposition  provenaient de congrégations dissidentes, dont quelques unes ne pratiquaient plus le christianisme originel. Leurs écrits ont été partiellement conservés. Contrairement à la compilation du Coran, ils n'y a pas eu de conflits armés, entre chrétiens des deux premiers siècles, pour éradiquer ces écrits et ces opposants (ensuite les chrétiens ont commencé à se conduire violemment). Le principe de liberté était en action et chaque chrétien a été un acteur du futur et était responsable de la mission qui lui avait été confiée. Cela permet à tous, de constater la différence qui sépare un écrit non canonique d'un récit du canon des Saintes Écritures.

Le sujet de la compilation sera traité plus en profondeur dans le futur, mais il faut développer un certain nombre de thèmes pour clarifier et expliquer des notions fondamentales.

Bonne continuation dans votre lecture

Cordialement

Dominique

 


Étude et commentaires du Livre Sacré
http://www.le-livre-sacre.net