RETOUR SOMMAIRE GÉNÉRAL |           RETOUR ACCUEIL           |           PAGE PRÉCÉDENTE           |           PAGE SUIVANTE     

 


Voici le courrier reçu.


 

 

Je souhaiterai avoir quelques interprétations sur les différents passages du nouveau testament concernant l'évocation de la malédiction de Jésus faite au figuier stérile, après la sortie de Jérusalem. Eric. D


Réponse


Ce passage du figuier maudit attire notre attention sur un aspect particulièrement intéressant de l'enseignement de Jésus-Christ. Si l'on pose en préliminaire, que les paroles du Christ, que l'on trouve dans les quatre évangiles, constituent un enseignement, il sera plus facile de proposer un élément de réflexion.

En ce qui concerne le contexte, nous sommes à la fin du ministère de Jésus, acclamé par les foules qui vienne de Galilée, mais rabroué par les enseignants de Jérusalem. Peu après il fustigera les faux monnayeurs du temple qui appartiennent à la classe des sadducéens. La cour du temple était devenue un repère de marchands profiteurs et hypocrites. Un peu plus tard, Jésus s’exclamera : "Jérusalem, Jérusalem, la [ville] qui tue les prophètes et qui lapide ceux qui sont envoyés vers elle, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes! Mais vous ne l’avez pas voulu" (Mat 23 : 37). Ces paroles indiquent que Jérusalem et ses habitants avaient fait preuve d'hostilité envers les prophètes de Dieu, dont Jésus lui-même, et ce pendant des siècles.

Qu'allait-il leur advenir? Ce que nous trouvons quelques versets plus loin en ces termes : "Pour réponse il leur dit: "Ne voyez-vous pas toutes ces choses? En vérité je vous le dis: Non, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversée", et : "Quand donc vous verrez la chose immonde (l'armée romaine) qui cause la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, se tenir en un lieu saint (...), alors, que ceux qui seront en Judée se mettent à fuir vers les montagnes". L'histoire nous apprend la douleur d'une partie du peuple juif.  1100 000 juifs ont péri, et 97000 furent déportés, soit comme esclaves, soit pour servir de pâture aux bêtes féroces qui animaient les arènes romaines.

La leçon du figuier est à mettre en parallèle avec ce contexte et ces autres paroles de Jean le Baptiste qui s'est exclamé: "Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres; tout arbre donc qui ne produit pas de beau fruit va être coupé et jeté au feu (Mat 3 : 10). Ainsi que celles du Christ qui a dit : Tout arbre qui ne produit pas de beaux fruits est coupé et jeté au feu (Mat 7:19).

Par conséquent, la leçon du figuier, qui s'appliquait aux hommes hostiles de la nation d'Israël de l'époque était la suivante. Il subirait la malédiction divine. YHWH ne ferait rien pour empêcher la désolation de Jérusalem, Il l'abandonnerait entre les mains des nations.

Etant donné que cet enseignement n'a pas été donné aux scribes, pharisiens, et sadducéens, mais aux disciples seuls, la leçon qui s'en dégage s'applique à ceux qui se diraient ses disciples. Si ceux-ci ne portent pas de fruits en eux même, ils auront des comptes à rendre à Dieu, et en aucun cas ils auront la faveur divine ou la bénédiction du Tout-Puissant, ce qui s'apparente à une malédiction. Puisque le figuier représente la nation d’Israël (Osée 9 :10), il s’applique plus particulièrement à des institutions dites chrétiennes plutôt qu’à des individus, institutions qui correspondent à la description faite dans l’évangile selon saint Matthieu au chapitre 7, versets 17 à 21. Comme chacun est concerné par l’enseignement du maître, la leçon du figuier nous concerne tous.

Comme Jésus ne faisait rien par hasard, il s’attendait sûrement à ce que ses disciples se posent des questions au sujet du figuier. L’apôtre Pierre nous apprend que Jésus a saisi cette occasion pour leur enseigner une notion de foi (Marc11:25). Ainsi, il est permis de tirer cette conclusion au sujet de la leçon du figuier : si Jésus a maudit l’arbre, c’est parce qu’il n’avait pas de fruits, et si la nation d’Israël n’avait pas de fruits (spirituels) c’est parce qu'elle n’avait pas la foi.

 


Étude et commentaires du Livre Sacré
http://www.le-livre-sacre.net