RETOUR SOMMAIRE GÉNÉRAL |           RETOUR ACCUEIL           |           PAGE PRÉCÉDENTE           |           PAGE SUIVANTE     

De Joël E.


Cher auteur,

C'est avec intérêt que j'ai découvert votre site, très bien créé à mon sens. A sa lecture, des questions sont venues à mon esprit :

  • Concernant la création, y a-t-il selon vous un espace de temps entre le verset 2 et le verset 1 du premier chapitre de la Genèse ? Ou, faut-il considérer que l'ensemble de la création a été réalisé en 7 jours ?

Réponse : 

Voici ce que nous lisons sur ce même site à la page genese/creation/s05.htm et à la note 1 :

Le premier verset du premier rouleau dit: " Au commencement (Héb. : Beré´shith) Dieu créa les cieux et la terre". Ce premier mot "Beré´shith" qui signifie origine ou naissance, traduit dans la Septante par "én arkhêï" (genèse, naissance) a donné le nom du premier livre.
Certains disent que l'univers est vieux de 12 à 15 milliards d'années et qu'il n'a pas toujours existé. Ainsi, Le Livre Sacré est totalement conforme avec la science et cela, depuis des millénaires. C'est donc avec raison que le premier rouleau commence par Beré´shith. La place de ce mot en cet endroit du texte lui donne un double sens (si nous pouvions faire une comparaison avec l'informatique, nous appellerions cela un pointeur et un géomètre parlerait d'une borne), car il s'agit d'un jeu de mot ou d'esprit (il y en a beaucoup dans Le Saint Livre. Proverbe 1:6):

  • commencement, début de l'univers

  • commencement, début de ma parole (car le Livre Sacré est destiné à toute l'humanité)

Si Dieu parle nommément de la Terre dans le premier verset, c'est pour attirer l'attention sur un événement particulier, comme il le fit à l'époque du prophète Daniel (Daniel chapitre 5 verset 5), car l'ensemble des Saintes Écritures nous enseigne qu'il a pu donner un aperçu de son glorieux dessein aux anges (Job 38:7). Ainsi ce premier verset, mais également le premier chapitre, font référence à «l’histoire de la terre» au sein des cieux et non pas à «l'histoire des cieux » . (...). De plus pour qu'il y ait une histoire il doit y avoir des hommes. En effet, la Terre sans homme est une Terre sans histoire, car qu'il n'y a personne pour la raconter (Gen 2:4). 

Soulignons que les périodes de création sont des jours symboliques, c'est à dire des périodes de temps. L'ensemble de la Création universelle ne s'est pas effectuée sur une période de 7 jours symboliques. Il s'agit seulement de l'œuvre particulière de Dieu relative à la Terre, mais pas de la création de la Terre.


Deuxième question

  • Concernant la mort du Christ, s'il est mort le 14 Nisan lors de la célébration de la Pâque, cela signifie-t-il qu'il aurait célébré la Pâque avec ses disciples la veille, soit le 13 Nisan ? Cela représenterait-il donc un changement par rapport à l'Ancien Testament ?

Réponse : 

 La Pâque juive se célèbre le le 14 Nisan. Chez les hébreux, le jour débute à la tombée de la nuit, pour finir le lendemain à la tombée de la nuit suivante. Par conséquent, Jésus a célébré l'événement avec ces disciples le 14 Nisan. Ce même "jour", dans la nuit du 14 Nisan, il a été jugé par les chefs religieux, et plus tard par Pilate. Dans l'après midi - toujours du 14 Nisan - Jésus-Christ est mort sur le poteau.


Troisième question

  • Concernant la célébration de la Pâque, que signifie l'expression "entre les deux soirs" ? A quel moment cette expression situe-t-elle la Pâque ?

Réponse : 


Dans le livre de l'Exode au chapitre 12, verset 6, nous lisons : Il devra rester sous votre protection jusqu’au quatorzième jour de ce mois, et toute la congrégation de l’assemblée d’Israël devra le tuer entre les deux soirs. La victime pascale devait être tuée “ entre les deux soirs ”, soit apparemment à un moment après le coucher du soleil et avant l’obscurité totale (Ex 12:6). C’est l’opinion de certains biblistes ainsi que des Juifs caraïtes et des Samaritains, alors que les Pharisiens et les rabbinistes considéraient qu’il s’agissait de la période entre le moment où le soleil commence à descendre et le coucher du soleil proprement dit. Cette explication est également celle proposée par le rabbin espagnol Aben Ezra (1092-1167), ainsi que par les Samaritains et les Juifs caraïtes. C’est le point de vue soutenu par des érudits tels que W. Michaelis,

Cordialement

Dominique

 


Étude et commentaires du Livre Sacré
http://www.le-livre-sacre.net