RETOUR SOMMAIRE GÉNÉRAL |           RETOUR ACCUEIL           |           PAGE PRÉCÉDENTE           |           PAGE SUIVANTE     

 


Voici le courrier reçu.

 

Quel preuve avons nous qu'Adam a existé ? Comment peut on déduire des faits historiques à partir d'un mythe ? Cela semble bien difficile. Cette histoire extraordinaire imaginée par l'homme n'a d'intérêt que par la réflexion qu'elle suscite quant à son origine. Avant les sciences et la théorie de l'évolution des espèces, l'homme était naïf et crédule. Démuni d'éléments de réflexion il se laissait donc porter par des récits imaginaires. On observe par ailleurs que la croyance est souvent plus forte que la raison et qu'elle rend acceptable ce qui n'est pas démontré ni démontrable.

 


Essai de Réponse


 

Merci pour ta remarque.

Puisque certains évolutionnistes reconnaissent que croire en l'évolution est davantage un acte de foi, n'est-il pas naturel de se demander aussi, si cette croyance en l'évolution n'est pas souvent plus forte que la raison, et qu'elle rendrait acceptable ce qui n'est pas démontré ni démontrable?

Par évolution j'entends -en résumé-: l'évolution organique, théorie selon laquelle le premier organisme vivant s'est développé à partir de la matière inerte, puis se reproduisant et se transformant en différentes espèces vivantes pour produire toutes les formes de vie, jusqu'à l'être humain sans intervention intelligente extérieure.

Or, il est utile de rappeler au lecteur, que pour admettre un élément comme un fait scientifique, encore faut-il que cela soit établi selon la méthode scientifique, que l’on définit ainsi: "Observez ce qui se produit; sur la base de vos observations, formulez une théorie qui pourrait être exacte; mettez-la à l’épreuve par d’autres observations et par des expériences; voyez si les prédictions découlant de votre théorie se réalisent".

A ce sujet, les biologistes s'accordent sur le fait que l'évolution organique à partir de formes de vies primitives vers des formes plus complexes n'a pas été démontrée, car les documents fossiles révèlent:

  1. l'apparition soudaine de formes de vie complexes

  2. l'absence de membres ou organes seulement ébauchés

Au vu du nombre de fossiles à notre disposition, on devrait au moins voir quelques fossiles présentant des bras, des jambes, des ailes, des yeux ou quelque autres os ou organe en cours de formation; des nageoires de poissons se transformer en pattes ou en doigts d'amphibiens. On devrait trouver des reptiles dont les membres antérieurs se transforment en ailes d'oiseaux, dont les écailles deviennent des plumes, etc... mais tel n'est pas le cas. 

Attention cependant, n’interprétez pas mal ces propos, croire en la Création ne signifie pas le rejet des disciplines scientifiques. Le croyant n’étant ni naïf, ni crédule, sa raison le pousse à ne pas élever la théorie évolutionniste au rang d'une discipline telle que la chimie, la physique, etc..., qui elles, font parties de sciences démontrables, parfois intuitives, mais reposant sur des faits.

Ce n'est pas l'exploration à tâtons des limites de ces disciplines qui peut remettre en cause ces sciences, ce qui n'est pas le cas de l'évolutionnisme qui ne bénéficie pas de bases stables.

Ainsi démunis d'éléments de réflexion, quelques uns se sont donc laissés porter par des récits imaginaires. Car comment peut on déduire des faits historiques à partir de certains mythes évolutionnistes qui sortent de l'imagination de certains darwinistes (fait que l’on peut aisément constater sur certaines revues comme par exemple la page "En Coulisse" du National Géographique du mois de Mars 2000).

Dans ce cas, il n'est que plus que raisonnable de croire en la Création, quand on considère seulement les découvertes fossiles.

Mais Adam est-il un mythe, le récit de la création d'Adam est-il à prendre au sens figuré? L'exposé qui suit est un extrait tiré du commentaire du récit de la Création à la page s17.htm.

Les textes qui suivent soulignent l'importance que ceux qui ont fréquenté Jésus, et les premiers chrétiens, ont accordé au récit de la création. Discréditer la narration du chapitre 2 de la Genèse aurait signifié pour eux que Jésus était venu pour rien, que son sacrifice n'avait pas valeur de rançon, qu'il ne changeait rien puisqu'il n'y avait rien à racheter (selon certaines critiques qui rejettent l'idée du péché originel), et par conséquent qu'il n'y avait ni alliance, ni esprit saint, ni pardon des péchés. Ces premiers chrétiens seraient donc morts pour rien, leur foi vaine et Jésus serait un menteur. 

 

Voici quelques uns de ces textes suivi d'un commentaire abrégé qui souligne la gravité conséquente:

  • (...) un homme, Christ Jésus, qui s’est donné lui-même en rançon correspondante pour tous... [voilà] ce qu’il faut attester en ses propres temps. 1 Timothée 2:5-6 (rançon correspondante : Grec : antilutron de anti, "contre, par correspondance avec, à la place de", et lutron, "rançon [prix payé]"). Jésus est ici présenté comme rançon correspondante à Adam. Si Adam est un mythe, Jésus est venu pour rien. Il n'y aurait donc pas de rançon et par conséquent pas de pardon. 

  • et c’est comme don gratuit qu’ils sont déclarés justes par sa faveur imméritée, en raison de la libération par la rançon [payée] par Christ Jésus (Romains 3:24). Jésus n'avait donc rien à payer et n'avait donc pas à mourir.

  • Il nous a délivrés du pouvoir des ténèbres et nous a transférés dans le royaume du Fils de son amour, par le moyen de qui nous avons notre libération par rançon, le pardon de nos péchés (Colossiens 1:13-14). Il n'y aurait pas de délivrance, pas d'espérance et pas de royaume.

  • Par son moyen aussi, après avoir cru, vous avez été scellés de l’esprit saint promis, qui est un gage par anticipation de notre héritage, en vue de la libération par rançon de la propriété [de Dieu], à sa glorieuse louange (Éphésiens 1:13-14). Il n'y aurait pas d'esprit saint, et pas d'héritage.

  • Voilà donc pourquoi il est médiateur d’une alliance nouvelle, afin que — parce qu’une mort a eu lieu pour [leur] libération par rançon des transgressions [commises] sous l’ancienne alliance — ceux qui ont été appelés puissent recevoir la promesse de l’héritage éternel (Hébreux 9:15). Il n'y aurait pas d'alliance.

  • Sanctifie-les par le moyen de la vérité ; ta parole est vérité (Jean 17:17). Pour Jésus-Christ, le Livre Sacré était-il le fondement de la vérité ou un récit compilé plus ou moins exacte de la mémoire d'un peuple

  • “Par un seul homme le péché est entré dans le monde, (...) ainsi la mort s’est étendue à tous les hommes.” “La mort a régné d’Adam à Moïse” (Romains 5:12, 14). Si Adam représentait “l’origine de l’humanité”, l’apôtre Paul n’aurait-il pas dû parler de “plusieurs hommes” au lieu d’“un seul homme”? Et si Adam est un personnage imaginaire, que dire de Moïse, dont personne ne doute qu’il ait existé?

  • “Le septième dans la généalogie qui part d’Adam, Hénoch, a aussi prophétisé sur eux" (Jude 14).  Si Adam n’a pas été un personnage réel, que penser d’Hénoch? Et si Hénoch a réellement existé, comment pourrait-il être le septième dans une généalogie partant d’un Adam imaginaire?


Il est peut-être nécessaire de préciser que les premiers principaux commentateurs de la Bible qui ont entamé une démarche révisionniste, qui consiste principalement à rejeter la Création, et par conséquent la rançon fournie par Dieu, évoluaient dans la classe bourgeoise. Ils exerçaient des actions oppressives, voire cruelles, sur les lieux  de travail. De là, l'appui sans faille qu'ils ont donné à des théories naissantes, constamment remises en cause par l'archéologie, la paléontologie, et les nouvelles découvertes scientifiques (par exemple : plus récemment quelques prix Nobel ont démontré que la vie sur terre n'a pu provenir d'une soupe organique primitive,  certains évolutionnistes ont émis le postulat que celle-ci provenait de l'espace. Cette nouvelle théorie porte le nom de panspermie).

Ce contexte nous permet de comprendre les déclarations de l'apôtre Paul et de Jésus-Christ qui ont dit à leur époque :

  • "Ne vous égarez pas. Les mauvaises compagnies ruinent les habitudes utiles" (1 Cor 15:33).

  •  "Malheur à vous, scribes et Pharisiens, hypocrites! parce que vous fermez le royaume des cieux devant les hommes; car vous, vous n’entrez pas, et ceux qui entrent, vous ne leur permettez pas d’entrer" (Mat 23:13).

  • "Malheur à vous qui êtes versés dans la Loi, parce que vous avez enlevé la clé de la connaissance; vous-mêmes n’êtes pas entrés, et ceux qui entraient, vous les en avez empêchés!" (Luc 11:52).

 


Étude et commentaires du Livre Sacré
http://www.le-livre-sacre.net