LA PROSPÉRITÉ DE SALOMON

Les constructions. Dans la quatrième année de son règne, au deuxième mois de l'année (le mois de Ziv [avril-mai]), en 1034 av. n. è., Salomon commença à bâtir la maison de Yahwah (heb: Yehwah) sur le mont Moria (1 R 6:1). Cet énorme chantier dura sept ans et demi et s'acheva au huitième mois, le mois de Boul, de 1027 av. n. è. (1 R 6:37, 38.) Le récit de 1 Rois chapitres 6 à 8 raconte la construction du temple et son achèvement ; ensuite, il mentionne la construction des bâtiments officiels que Salomon entreprit et qui dura 13 ans.

Les bâtiments officiels. Durant les 13 ans qui suivirent l'achèvement du temple, Salomon construisit un nouveau palais royal sur le mont Moria, juste au S. du temple, de sorte qu'il était proche de la cour extérieure du temple, mais en contrebas. Près de ce palais, il bâtit le Porche du Trône, le Porche des Colonnes et la Maison de la Forêt du Liban. Il bâtit aussi une maison pour sa femme égyptienne ; elle n'était pas autorisée à “ habiter dans la maison de David le roi d'Israël, car, déclara Salomon, les lieux où est venue l'arche de Yahwah sont chose sainte ” (1R 7:1-8 ; 3:1 ; 9:24 ; 11:1 ; 2Ch 8:11).

Constructions à l'échelle nationale. Après avoir achevé la construction des bâtiments officiels, Salomon entreprit un programme de construction à l'échelle nationale. Tout le royaume, y compris le territoire à l'Est du Jourdain, bénéficia de ses travaux de construction. il construisit aussi des villes d'entrepôts, des villes de chars et des villes pour les cavaliers. Salomon fortifia également le Remblai que David avait bâti. Il ' ferma la brèche de la Cité de David son père' (1 R 11:27). Il fortifia considérablement Hatsor et Meguiddo.

Sa richesse et sa gloire. Salomon fit beaucoup de commerce. Sa flotte apportait, en collaboration avec celle de Hiram, de grandes quantités d'or de la région d'Ophir, ainsi que des bois d'“ algoummim ” et des pierres précieuses (1R 9:26-28 ; 10:11 ; 2Ch 8:17, 18 ; 9:10, 11). Il faisait venir des chevaux et des chars d'Égypte, tandis que des commerçants venus de tous les coins du monde d'alors apportaient leurs marchandises en abondance (1R 10:14, 15 ; 2Ch 9:13, 14). En outre, "tous les rois de la terre" venaient chaque année avec des cadeaux de leurs pays : objets d'or et d'argent, huile de baumier, armes, chevaux, mulets et autres richesses (1R 10:24, 25, 28, 29 ; 2Ch 9:23-28). Les navires de Tarsis importaient même des singes et des paons (1R 10:22 ; 2Ch 9:21). Salomon eut 4 000 écuries de chevaux, des chars (1R 10:26 parle de 1 400 chars) et 12 000 coursiers ou peut-être cavaliers (2 Ch 9:25).

Les abords de son trône dépassaient en magnificence tout ce qu'on pouvait voir dans les autres royaumes. Le trône lui-même était en ivoire recouvert d'or affiné. Un dais rond était placé à l'arrière ; six marches y conduisaient, avec six lions de chaque côté, et deux lions se tenaient à côté des accoudoirs (1R 10:18-20 ; 2Ch 9:17-19). Pour les récipients à boire, seul de l'or était utilisé ; il est précisé que “ rien n'était en argent ; on considérait l'argent comme rien aux jours de Salomon ” (2 Ch 9:20). Il y avait dans la maison de Salomon et dans le temple des harpes et des instruments à cordes en bois d'algoummim, des instruments comme on n'en avait jamais vu auparavant en Juda (1R 10:12; 2Ch 9:11).

Le ravitaillement de sa maisonnée. Les vivres journaliers de la maisonnée royale de Salomon représentaient “ trente kors [6 600 l] de fleur de farine et soixante kors [13 200 l] de farine, dix bovins gras, vingt bovins de pâture et cent moutons, sans compter cerfs, gazelles, chevreuils et coucous engraissés ”. (1R 4:22, 23). Douze délégués assuraient le ravitaillement, un délégué pour chaque mois de l'année. Chacun était responsable d'une partie du pays ; dans cet aspect précis, le pays n'était pas découpé selon les frontières des tribus, mais selon les régions de production agricole. Le ravitaillement comprenait la nourriture des nombreux chevaux de Salomon (1R 4:1-19, 27, 28).

La prospérité de son règne. Aussi longtemps que Salomon resta fermement attaché au vrai culte, Yahwah le bénit en lui accordant sagesse, gloire et richesse, et la nation d'Israël bénéficia elle aussi de la faveur divine. Yahwah s'était servi de David pour soumettre les ennemis d'Israël et établir fermement le royaume jusqu'à ses frontières les plus reculées. Le récit déclare : “ Quant à Salomon, il était chef sur tous les royaumes depuis le Fleuve [Euphrate] jusqu'au pays des Philistins et jusqu'à la frontière d'Égypte. Ils apportèrent des cadeaux et ils servirent Salomon tous les jours de sa vie” (1R 4:21). Le règne de Salomon fut marqué par la paix, et “ Juda et Israël étaient nombreux, comme les grains de sable qui sont au bord de la mer, en multitude ; on mangeait, on buvait et on se réjouissait ”. “ Juda et Israël habitèrent en sécurité, chacun sous sa vigne et sous son figuier, depuis Dân jusqu'à Béer-Shéba, durant tous les jours de Salomon ” (1R 4:20, 25).

La sagesse de Salomon. “ Et Dieu donnait à Salomon sagesse et intelligence dans une très large mesure, ainsi que largeur de cœur, comme le sable qui est sur le bord de la mer. Et la sagesse de Salomon était plus étendue que la sagesse de tous les Orientaux et que toute la sagesse de l'Égypte. ” Sont ensuite nommés d'autres hommes d'une sagesse hors du commun : Éthân l'Ezrahite (apparemment un chanteur du temps de David et rédacteur du Psaume 89), et trois autres hommes sages d'Israël. Salomon les surpassait en sagesse ; de fait, “ sa renommée se répandit dans toutes les nations d'alentour. Il pouvait prononcer trois mille proverbes, et ses chants furent au nombre de mille cinq ”.

Ses connaissances s'étendaient aux plantes et aux animaux de la terre, et ses proverbes, ainsi que les livres de l'Ecclésiaste et du Chant de Salomon qu'il écrivit, révèlent qu'il avait une profonde connaissance de la nature humaine (1R 4:29-34). De l'Ecclésiaste il ressort qu'il médita beaucoup pour trouver “ les paroles délicieuses et comment écrire des paroles de vérité qui soient exactes ” (Ec 12:10). Salomon fit l'expérience de nombreuses choses : il se mêla aux petits et aux grands, observa attentivement leur vie, leur travail, leurs espoirs et leurs ambitions, ainsi que les vicissitudes de l'humanité. Il exalta la connaissance de Dieu et de sa loi, et mit par-dessus tout l'accent sur l'idée que ' la crainte de Yahwah est le commencement de la connaissance et de la sagesse ', et que toute l'obligation de l'homme est de ' craindre le vrai Dieu et de garder ses commandements ' (Pr 1:7; 9:10; Ec 12:13).

A-t-on exagéré la richesse du roi Salomon ?
"Le poids de l’or qui arrivait à Salomon en une année se montait à six cent soixante-six talents" (1 Rois 10:14). Selon ce verset de la Bible, le roi Salomon recevait en une seule année plus de 25 tonnes d’or !  Cela est-il possible ?  Selon la Revue d’archéologie biblique (angl.) :

Le pharaon égyptien Thoutmosis III (deuxième millénaire avant notre ère) offrit environ 13,5 tonnes d’objets en or au temple d’Amôn-Râ, à Karnak — et ce n’était qu’une partie du don.

Selon des inscriptions égyptiennes, le pharaon Osorkon Ier (début du premier millénaire avant notre ère) fit don aux dieux d’un total d’environ 383 tonnes d’or et d’argent.

Par ailleurs, selon le volume "Grèce classique" de la collection "Les grandes époques de l’humanité" (angl.) on peut lire :

Les mines de Pangée, en Thrace, produisaient plus de 37 tonnes d’or par an pour le roi Philippe II de Macédoine (359-336 avant notre ère).

Lorsque le fils de Philippe, Alexandre le Grand (336-323 avant notre ère), prit la ville de Suse, capitale de l’Empire perse, on y découvrit parmi les trésors environ 1 200 tonnes d’or.

Ainsi, la description que fait la Bible de la richesse de Salomon est tout à fait vraisemblable.  Il faut également se souvenir qu’à son époque Salomon était "plus grand que tous les autres rois de la terre en richesse et en sagesse" (1 Rois 10:23).

Comment Salomon a-t-il utilisé sa richesse ? Son trône était recouvert "d’or affiné , sa vaisselle était "en or" et il possédait 200 grands boucliers et 300 petits boucliers "en alliage d’or" (1 Rois 10:16-21). Mais, chose plus importante, l’or de Salomon a aussi servi de matériau pour la construction du temple de Yahwah (Héb : Yéhwah) à Jérusalem. Les porte-lampes et les ustensiles sacrés (fourchettes, bols, cruches, bassins, etc.) étaient faits en or et en argent. Les chérubins du Très-Saint, qui mesuraient environ 4,50 mètres de haut, l’autel de l’encens ainsi que tout l’intérieur du temple étaient recouverts d’or (1 Rois 6:20-22; 7:48-50; 1 Chroniques 28:17).

Faut-il vraiment croire à ce temple plaqué d’or ? Il est intéressant de remarquer que cette utilisation de l’or n’était pas du tout inhabituelle dans le monde antique. Selon la Revue d’archéologie biblique, le pharaon Aménophis III " fit construire à Thèbes, en l’honneur du grand dieu Amôn-Râ, un temple ‘ entièrement plaqué d’or, dont le sol était orné d’argent et les portails d’électrum ’ ", un alliage d’or et d’argent. En outre, Ésar-Haddôn, roi d’Assyrie (VIIe siècle avant notre ère), recouvrit d’or les portes et les murs du sanctuaire d’Ashour. À propos du temple de Sîn, à Harân, le roi babylonien Nabonide (VIème siècle avant notre ère) fit inscrire ceci : " J’ai habillé ses murs d’or et d’argent ; je les ai fait briller comme le soleil. "

Ainsi, le témoignage de l’Histoire donne à penser que le récit biblique n’exagère pas la richesse du roi Salomon.

 


Étude et commentaires du Livre Sacré    http://www.le-livre-sacre.net